January 28, 2009 / 7:21 AM / 8 years ago

LEAD 2 Schneider adapte sa structure de coûts face à la crise

5 MINUTES DE LECTURE

* Le programme ONE fixe 600 millions d'euros d'économies par an à l'horizon 2011 et 400 millions d'euros supplémentaires si nécessaire

* Objectifs financiers atteints sur la période 2005-2008

* Ratio de distribution des bénéfices maintenu à 50%, l'action marque une hausse de plus de 8%

(Actualisé avec cours, nouvelles déclarations, détails)

par Helen Massy-Beresford

PARIS, 28 janvier (Reuters) - L'action Schneider Electric (SCHN.PA) signe l'une des plus fortes hausses de la Bourse de Paris mercredi alors que le groupe a annoncé la mise en oeuvre d'un nouveau programme de réduction de coûts et le dépassement de ses objectifs financiers sur la période 2005-2008.

Vers 11h30, le titre du spécialiste de la construction électrique et des automatismes s'offrait 8,67% à 48,32 euros. Plus de 1,3 million de pièces avaient été échangées depuis le début de la séance.

Pour protéger sa rentabilité dans le contexte de crise actuel, Schneider déploiera un nouveau plan d'économies baptisé ONE. Il doit permettre à l'entreprise de dégager au moins 600 millions d'euros de frais de structure par an à l'horizon 2011 grâce à des simplifications dans les fonctions de support.

Dans un communiqué, la société précise être en mesure de mettre de côté 400 millions d'euros supplémentaires chaque année "si nécessaire", également dans les fonctions de support.

Schneider veut par ailleurs optimiser sa production industrielle en vue de générer "des économies cumulées brutes de 600 à 800 millions d'euros d'économies sur trois ans."

CA Cheuvreux a relevé sa recommandation sur Schneider et placé l'action dans sa "Buy selected list."

Au cours d'une conférence de presse, Jean-Pascal Tricoire, président du directoire de Schneider, a déclaré que son groupe disposerait d'au moins trois milliards d'euros de trésorerie et de lignes de crédit disponibles pendant toute la durée du plan ONE.

SUPPRESSIONS DE POSTES, POURSUITE DE L'EFFORT DE R&D

Le dirigeant a ajouté que ONE prévoyait des suppressions de postes, sans toutefois s'engager sur un chiffre précis.

"On discute pays par pays avec les représentations des employés", a-t-il dit, avant d'affirmer que le groupe ne relâcherait pas ses efforts en recherche-développement sauf en cas de nouvelle détérioration du climat économique.

Jean-Pascal Tricoire a estimé que des opportunités d'acquisitions pourraient se faire jour dans les prochaines années mais que la priorité de ses équipes allait à la gestion de la crise.

Parallèlement à l'annonce du lancement de ONE, Schneider a souligné que "sur la base des résultats 2008 non audités", sa croissance organique annuelle moyenne s'était élevée à 10% au cours des trois derniers exercices (6,6% en 2008) pour une marge Ebita (résultat avant intérêts, impôt et amortissement) de 15%, seuil atteint l'an dernier.

La société note qu'avec le programme ONE, elle "démontrera (...) sa capacité de résistance et réalisera une marge Ebita minimum de 12% avant coûts de restructuration dans l'hypothèse la plus défavorable des scénarios de -5% à -15% de croissance organique en 2009."

Schneider précise que le ratio de distribution des bénéfices reste fixé à 50%, payable en actions ou en cash.

Au titre de 2008, l'entreprise visait une croissance organique de son chiffre d'affaires de 5,5%. Les résultats annuels et les perspectives 2009 seront détaillés le 19 février.

Avec la contribution de Gilles Guillaume et de Matthias Blamont, édité par Jacques Poznanski

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below