28 août 2009 / 05:48 / dans 8 ans

LEAD 3 Eurazeo, en perte au S1, se dit prêt à encore investir

* Perte nette de E120,9 millions au S1 2009

* Actif net réévalué à 47,8 euros par action au 30 juin

* E1,8 milliard de ressources financières mobilisables

(Actualisée avec déclarations de Sayer §9 à 12, commentaire sur Accor §14)

Par Matthieu Protard

PARIS, 28 août (Reuters) - Eurazeo (EURA.PA), qui a dégagé une perte au premier semestre 2009, assure vendredi que les sociétés que le groupe détient en portefeuille ont dans leur ensemble respecté leurs covenants bancaires et se dit prêt à reprendre ses investissements.

La société d‘investissement, actionnaire majoritaire ou de référence d‘Apcoa, B&B Hotels, Europcar, Rexel (RXL.PA), ANF, Elis, Accor (ACCP.PA) et Danone (DANO.PA), a fait état d‘une perte nette de 120,9 millions d‘euros sur les six premiers mois de l‘année contre un bénéfice de 241,7 millions un an auparavant.

Son actif net réévalué (ANR) est ressorti à 47,8 euros par action au 30 juin 2009, en baisse de 10,5% par rapport à fin 2008. A la date du 27 août, l‘ANR d‘Eurazeo s’élève à 52,9 euros par action.

“Les résultats du 1er semestre 2009 ont été marqués par l‘absence de plus-values, la perte de valeur sur le patrimoine immobilier liée à la hausse des taux de capitalisation, l‘impact négatif de la conjoncture économique sur l‘activité d‘Europcar et la baisse des résultats de Rexel et Accor”, souligne Eurazeo.

Le groupe d‘investissement affirme être en mesure de mobiliser 1,8 milliard d‘euros de ressources financières au 27 août 2009.

“Même s‘il est encore trop tôt pour vous parler d‘investissements que nous devrions réaliser dans les prochaines semaines, on a quand même les moyens d’être là pour reprendre le cycle d‘investissements”, a déclaré Patrick Sayer, le président du directoire d‘Eurazeo, lors d‘une réunion d‘information sur les résultats semestriels.

“Nos finances, aussi bien celles de nos filiales que les finances d‘Eurazeo, sont saines et nous donnent les moyens financiers d‘accompagner les filiales et de saisir des opportunités de développement”, a-t-il ajouté.

Le groupe d‘investissement rappelle à cette occasion avoir émis fin mai 700 millions d‘obligations échangeables en actions Danone, le groupe alimentaire dont Eurazeo détient 5,2% du capital [ID:nLS348267].

Vers 12h05, l‘action Eurazeo gagnait 0,33% à 38,28 euros après avoir ouvert en hausse de 4% à la Bourse de Paris. Le courtier Kepler Equities a relevé sa recommandation sur la valeur à “acheter” contre “réduire”.

“COUP DE GUEULE” DE PATRICK SAYER

Commentant les résultats de son groupe, Patrick Sayer a pesté contre les investisseurs et le marché qui, selon lui, sous-valorisent les actifs non cotés de son groupe.

“La valorisation que le marché donnait aux actifs non cotés d‘Eurazeo, c’était, au 30 juin, de l‘ordre de trois ou quatre euros”, a-t-il regretté, estimant que ces actifs valaient plus sans pour autant donner de valeur précise.

“Franchement, j‘ai envie de vous dire, est-ce que c‘est la peine faire deux petits déjeuners par an, est-ce que c‘est la peine de faire je ne sais pas combien de one-and-one et de road shows pour, dans le fond, reconnaître que les actifs de private equity d‘Eurazeo ne valent que trois euros”, s‘est énervé Patrick Sayer dans ce qu‘il a lui-même qualifié de “coup de gueule”.

“Est-ce que tout cela est bien raisonnable”, a-t-il encore dit.

Concernant ses participations, Eurazeo, qui détient de concert 28,2% du capital d‘Accor avec le fonds Colony, dit se féliciter de la décision du conseil d‘administration du groupe hôtelier “d’étudier la pertinence d‘une séparation de ses deux métiers”, à savoir l‘hôtellerie et les services prépayés [ID:nLL563793].

“C‘est une opération qui, si elle se fait, ne sera que motivée par l‘intérêt des collaborateurs, l‘intérêt industriel de chacune des entités. Nous, on est tout à fait intéressés à rester, de la même façon si ça se fait, tant sur l‘une que sur l‘autre”, a dit Patrick Sayer.

La société d‘investissement rappelle aussi que Rexel avait fait l‘objet d‘une renégociation de sa dette fin juillet [ID:nLU610543].

La renégociation de la dette de Rexel “éloigne toute nécessité d‘augmentation de capital de cette société”, a commenté le responsable d‘Eurazeo.

Édité par Cyril Altmeyer et Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below