CONSENSUS France Télécom - MBO de E5.045 millions prévue au T3

mardi 28 octobre 2008 18h50
 

 PARIS, 28 octobre (Reuters) - FRANCE TELECOM FTE.PA. Résultats du
troisième trimestre, en millions d'euros.
 Date et heure de publication : 30/10 vers 6H30 GMT
 Conférence téléphonique 9h30 GMT (01 56 78 00 59)
 
 (Nombre d'analystes interrogés : 13 pour MBO et CA, 10 pour Capex)
                    MBO      CA        CAPEX  
 Moyenne               5.045    13.534    1.582   
 Médiane               5.052    13.539    1.583
 Maximum               5.140    13.632    1.777
 Minimum               4.900    13.430    1.417
 -------------------------------------------------------------
 T3 07 publié          5.094    13.508    1.434 
  (Rappel)
 Variation (moyenne)   -1,0%    +0,2%     +10,3%
 ACTIVITÉ : Troisième groupe européen de télécommunications en termes de
capitalisation boursière derrière Telefonica (TEF.MC: Cotation) et Vodafone (VOD.L: Cotation).
 RAPPEL DES OBJECTIFS DE LA SOCIÉTÉ : France Télécom a confirmé lors de ses
résultats semestriels, le 31 juillet, viser une croissance de 2% à 3% de son
chiffre d'affaires en 2008, avec une "quasi-stabilité" de son activité
résidentielle (téléphonie fixe + ADSL) en France, ainsi qu'une stabilité du taux
de MBO en 2008 comparé aux 36,1% de 2007.
 L'opérateur a aussi réitéré sa prévision d'un cash flow organique de plus de
7,8 milliards d'euros dont il se réserve la possibilité de redistribuer plus de
45% aux actionnaires, avec un dividende supérieur à celui de 2007 (1,30 euro).
 France Télécom a réaffirmé son objectif de ratio dette nette/MBO inférieur à
2 - son niveau depuis la fin 2007 - à moyen terme en l'absence d'acquisition
majeure.
 CE QUE LE MARCHE ATTEND :
 1 - L'impact de la crise économique sur le comportement des usagers
notamment au plan de l'évolution du revenu mensuel moyen par abonné (Arpu),
ainsi que sur ses recrutements d'abonnés, en particulier en Espagne et dans les
pays émergents.  
 2 - Des indications sur les tendances entrevues pour 2009.
 3 - Des détails sur sa position en termes de liquidités (lignes de crédit,
obligations arrivant à échéance...) et sur ses intentions en matière
d'utilisation de son cash. 
 (Nathalie Meistermann, édité par Jean-Michel Bélot)