July 28, 2009 / 6:46 AM / 8 years ago

LEAD 2 Deutsche Bank - Bénéfice et provisions en hausse au T2

6 MINUTES DE LECTURE

* La hausse des provisions occulte le bond de 70% du bénéfice net au T2

* Charge du risque de E1,0 md, contre 135 mlns il y a un an

* Nette diminution des dépréciations d'actifs à risque au T2

* L'action perdait plus de 7% en matinée

par Edward Taylor

FRANCFORT, 28 juillet (Reuters) - Deutsche Bank (DBKGn.DE) a fortement augmenté ses provisions pour créances douteuses au deuxième trimestre pour se prémunir contre l'impact de la crise, ce qui occulte aux yeux des investisseurs un bond de près de 70% de son bénéfice net trimestriel, dû principalement à ses activités de banque d'investissement.

Le marché a sanctionné dès l'ouverture l'action de la première banque allemande, qui chutait de 7,5% vers 9h45 GMT, la plus forte baisse de l'indice Dax .GDAXI, quasi-stable au même moment. L'indice DJ Stoxx européen des banques abandonnait 0,65% .SX7P.

La hausse des provisions et les commentaires prudents des dirigeants de Deutsche Bank montrent que l'impact de la crise du crédit sur l'économie réelle préoccupe le groupe même si le marché de la banque d'investissement semble avoir amorcé une reprise.

Les provisions pour créances douteuses ont atteint un milliard d'euros sur la période avril-juin, contre 135 millions au deuxième trimestre 2008 et 526 millions sur les trois premiers mois de cette année.

Cette nette augmentation préoccupe Phillip Hässler, analyste d'Equinet: "Même si les résultats du deuxième trimestre sont bons, nous nous attendons à ce que le climat favorable sur les marchés de capitaux (ne soit pas) durable", a-t-il dit.

BBVA (BBVA.MC), la deuxième banque d'Espagne, a annoncé de son côté mardi avoir elle aussi augmenté ses provisions ces derniers mois, avec pour conséquence une baisse de 10% de son bénéfice net semestriel en dépit d'une forte progression de son revenu net d'intérêts.

Le président du directoire de Deutsche Bank, Josef Ackermann, a assuré que la banque était bien préparée au climat "incertain" qui devrait dominer la fin de l'année 2009. Il a ajouté rester prudent quant aux perspectives économiques globales, notamment en ce qui concerne l'emploi et l'immobilier.

Deutsche Bank estime que les portefeuilles de crédit de l'ensemble du secteur bancaire devraient rester exposés à des pressions croissantes en raison de la montée des défaillances d'entreprises et d'investisseurs privés, ainsi que de l'augmentation des taux de défaut.

LA BANQUE D'INVESTISSEMENT GENERE PLUS DE 60% DES PROFITS

A 1,09 milliard d'euros, le résultat net trimestriel de la première banque allemande dépasse le consensus établi par Reuters sur la base des estimations d'analystes, qui ressortait à 985 millions d'euros. Sur la même période l'an dernier, le groupe avait dégagé un bénéfice net de 649 millions.

Il a toutefois bénéficié d'une diminution du taux d'imposition liée à une série d'éléments exceptionnels.

Le bénéfice imposable, lui, a plus que doublé sur un an à 1,32 milliard contre 642 millions l'an dernier mais il est inférieur au consensus de marché, qui le donnait à 1,47 milliard. La division de banque d'investissement a contribué à elle seule à ce résultat à hauteur de 828 millions.

"Nous considérons que les résultats du deuxième trimestre sont mitigés. Deutsche Bank n'a pas dépassé les attentes. Le bénéfice imposable est légèrement en dessous et le bénéfice net légèrement au-dessus des attentes du marché en raison d'un taux d'imposition faible, de 18%", a déclaré Matthias Dürr, analyste de DZ Bank.

Les résultats mettent aussi en évidence la dépendance de Deutsche Bank vis-à-vis de la banque d'investissement, puisque cette division a généré à elle seule plus de 60% des bénéfices imposables du groupe au deuxième trimestre.

Sa concurrente helvétique Credit Suisse CSGN.VX a publié la semaine dernière un bénéfice supérieur aux attentes grâce à des gains de parts de marché dans la banque d'investissement et à des afflux d'argent frais dans la gestion de fortune. Plus de détails [ID:nLN26583]

Chez Deutsche Bank, la croissance des activités de trading de produits de dette et la réduction des actifs à risques a favorisé le redressement des activités de banque d'investissement, qui avaient subi une perte de 311 millions d'euros au deuxième trimestre 2008.

Au sein de la division, les dépréciations d'actifs "toxiques" liées aux crédits "subprime" sont tombées à 108 millions d'euros au deuxième trimestre, contre 2,1 milliards sur la même période l'année dernière.

avec Judith McInnes, version française Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below