LEAD 1 La crise a pesé sur l'activité et la marge de Seb au T1

lundi 27 avril 2009 18h42
 

PARIS, 27 avril (Reuters) - Seb (SEBF.PA: Cotation) a annoncé lundi une baisse de 5,5% de son activité et de 36% de sa marge opérationnelle au premier trimestre, la crise économique entraînant une baisse de la consommation sur certains marchés du groupe spécialisé dans le petit électroménager, ainsi qu'une volatilité des devises.

Au cours du premier trimestre, le chiffre d'affaires du groupe est tombé à 686 millions d'euros contre 726 millions d'euros un an plus tôt en raison notamment de la chute des ventes en Amérique du Nord (-21,2%) et du Sud (-19,6%).

En France, principal marché du groupe, le recul de l'activité est limité à 2,3% à 139 millions d'euros. Dans le reste de l'Europe occidentale, la baisse est de 3,1%.

Les devises ont également un impact négatif de 5,5 millions d'euros sur le chiffre d'affaires, ce qui recouvre toutefois des évolutions contrastées (dollar, yen et yuan en hausse ; rouble, real brésilien, livre turque et sterling, won coréen en baisse). A parités constantes, la baisse du chiffre d'affaires est limitée à 4,8%.

La marge opérationnelle recule de 36 % à 47 millions, là aussi principalement en raison d'un impact devises négatif.

"Le premier trimestre reste toutefois, comme à l'accoutumée, une période basse en termes de ventes et de marge opérationnelle et ne peut être extrapolé sur l'ensemble de l'exercice", souligne le groupe dans un communiqué, qui rappelle que le premier trimestre 2008 constitue une base de comparaison élevée.

Le premier trimestre représente historiquement environ 20% du CA annuel, soulignait dans une note récente le broker Gilbert Dupont, qui attendait un CA de 695 millions pour le T1 2009.

Au 31 mars 2009, la dette financière nette du groupe s'établit à 519 millions (+30 millions par rapport à fin mars 2008). Cette hausse s'explique notamment par le rachat en mai 2008 des minoritaires de la filiale chinoise Supor ainsi que par des achats de titres Seb réalisés entre avril 2008 et janvier 2009.

Sur la base de fonds propres de 1.082 millions au 31 mars 2009, le ratio d'endettement s'établit à 48%, en légère amélioration par rapport à fin mars 2008, ajoute Seb, qui souligne que cette "situation financière saine et solide (...) contribuera à lui faire traverser la crise actuelle sans enjeu de financement".

Le titre du groupe Seb, dont la capitalisation boursière avoisine 1,4 milliard d'euros, a progressé de 28% depuis le début de l'année, après avoir chuté de 48% en 2008.

(Jean-Michel Bélot, édité par Jacques Poznanski).