LEAD 1 La Poste - Bénéfice net en recul de 19% au S1 à E388 mlns

jeudi 27 août 2009 18h39
 

PARIS, 27 août (Reuters) - La Poste a annoncé jeudi une baisse de 19% de son bénéfice net au premier semestre, à 388 millions, due notamment à la dégradation de ses activités de courrier.

Le chiffre d'affaires du groupe public a reculé de 2,3% sur les six premiers mois de l'année (-2,9% à périmètre et change constants), à 10,27 milliards d'euros. Mais la baisse a atteint 4,8% à données comparables pour la division Courrier, à 5,67 milliards.

Parallèlement, La Banque Postale, la filiale bancaire, affiche une hausse de 3,2% de son produit net bancaire semestriel, à 2,44 milliards d'euros.

Le groupe constate entre autres que "l'ouverture de la distribution du Livret A n'a, à ce jour, pas significativement érodé sa base de clientèle" et confirme viser 10 millions de clients actifs dans la banque fin 2010.

Pour l'ensemble de 2009, La Poste table sur une baisse d'activité globale de l'ordre de 3%, "en ligne avec celle constatée au premier semestre".

Le groupe présidé par Jean-Paul Bailly rappelle que le second semestre sera marqué entre autres par la préparation du changement de son statut juridique et de l'augmentation de capital qu'il souhaite réaliser.

Le projet transformant La Poste en société anonyme au 1er janvier 2010 a été présenté fin juillet en conseil des ministres, malgré de vives oppositions et avant un débat parlementaire prévu à l'automne. Ce texte doit notamment permettre une augmentation de capital de 2,7 milliards d'euros.

Les fédérations CGT, Sud, CFDT, Force ouvrière et CFTC de La Poste ont appelé à une journée de grève et de manifestations le 22 septembre pour protester contre ce changement de statut (Plus de détails [ID:nLR281388]).

Dans un communiqué publié peu avant la publication des résultats semestriels, la CGT a estimé que la situation financière de l'entreprise "confirme que l'enjeu pour assurer l'avenir du service public postal n'est ni le changement de statut ni l'ouverture de capital".

Le syndicat évoque parallèlement 7.500 suppressions d'emploi en six mois au sein du groupe, sur un effectif global d'environ 295.000 personnes.

(Marc Angrand et Julien Ponthus, édité par Jean-Michel Bélot)