Bourse - TF1 profite de recettes pub moins mauvaises qu'attendu

lundi 27 juillet 2009 12h03
 

PARIS, 27 juillet (Reuters) - TF1 (TFFP.PA: Cotation) flambe en Bourse lundi à la mi-journée après avoir annoncé vendredi une baisse moins marquée que prévu de ses recettes publicitaires au premier semestre et fait état d'une amélioration en juillet.

Les analystes soulignent également avoir apprécié l'avancée des réductions de coûts (31 millions d'euros au premier semestre sur un objectif annuel de 70 millions) et le maintien de l'"hypothèse" de baisse du chiffre d'affaires d'affaires consolidé pour 2009 à 13%. (Plus de détails [ID:nLO337043])

L'action s'octroie 14,01% à 9,865 euros vers 11h55, à comparer à un gain de 1,6% de l'indice paneuropéen des médias et une hausse de 4,9% de M6 (MMTP.PA: Cotation), qui publiera ses propres chiffres semestriels mardi après la clôture.

Oddo Securities a relevé sa recommandation d'"accumuler" à "achat", avec un objectif de cours porté de 7,50 euros à 10,50 euros, tandis que Klépler a remonté la sienne d'"alléger" à "conserver", avec un objectif de neuf euros au lieu de 7,50 euros.

Les dirigeants de la chaîne ont indiqué que juillet et juin s'avéraient moins difficiles que les mois précédents en termes de recettes publicitaires, mais que les pressions sur les prix demeuraient "très fortes" en juillet et août.

"L'ajustement tarifaire opéré en mars-avril a permis de récupérer des parts de marché", note Société générale. "Cela paraît indiquer que le point bas a bien été atteint au premier trimestre, car les comparaisons d'audience vont devenir plus favorables".

Bernstein Research souligne toutefois qu'il paraît improbable que le marché publicitaire s'améliore au second semestre et que TF1 puisse ainsi relever ses tarifs à court terme.

"L'optimisme que la direction essaie de faire passer semble un peu déplacé si on le met en perspective" avec la situation actuelle, écrit l'intermédiaire, en soulignant le manque de visibilité et en recommandant des mesures de réduction de coûts plus radicales.

(Cyril Altmeyer, édité par Jean-Michel Bélot)