27 juillet 2009 / 09:18 / il y a 8 ans

UBS - Les négociations USA/Suisse prendront du temps /Sources

ZURICH, 27 juillet (Reuters) - Les négociations entre la Suisse et le département américain de la Justice concernant des données de clients d‘UBS UBSN.VX pourraient nécessiter plus de temps que prévu, a-t-on appris de sources proches du dossier.

Il est probable qu‘aucun compromis ne sera trouvé à l’échéance du 3 août, date à laquelle devrait finalement s‘ouvrir le procès contre la banque helvétique.

“Je ne serais pas surpris si un autre report était demandé lors de la conférence téléphonique du 29 juillet ou durant le week-end”, a-t-on précisé à Reuters.

Deux autres sources ont déclaré qu‘il n‘y aurait pas d‘accord avant la conférence du juge sur l’état d‘avancement des négociations le 29 juillet.

UBS, les ministères suisses des Finances et des Affaires étrangères ainsi que les autorités américaines ont décliné tout commentaire.

Le fisc américain exige la révélation de l‘identité de 52.000 clients américains d‘UBS qu‘il soupçonne d’évasion fiscale. Le gouvernement helvétique, inquiet au sujet du secret bancaire, a interdit à la banque de communiquer ces données.

La ministre suisse des Affaires étrangères Micheline Calmy-Rey doit rencontrer son homologue américaine Hillary Clinton le 31 juillet.

Etant donné la complexité des négociations, beaucoup d‘investisseurs tablent sur un autre report du procès. “Il ne se passera rien mercredi”, a estimé un courtier zurichois. “Les parties concernées se mettront d‘accord pour reporter l’échéance au mois de septembre pour trouver un compromis.”

Les autorités américaines ont fixé à fin septembre la date jusqu’à laquelle les citoyens américains peuvent se dénoncer eux-mêmes s‘ils ont soustrait des revenus à l‘imposition.

“Ils attendront la fin de l‘amnistie américaine pour voir combien de clients américains se dénoncent avant de trouver un accord”, a souligné un autre courtier.

A terme, les autorités américaines pourraient se contenter de quelques milliers de noms de clients, au lieu des 52.000 initialement exigés.

Selon le journal dominical SonntagsZeitung, la banque ne devra peut-être révéler que l‘identité de clients ayant reçu la visite de conseillers d‘UBS entre 2001 et 2007. Cela limiterait le dossier à environ 10.000 personnes.

Lisa Jucca, Rupert Pretterklieber et Oliver Hirt, version française Silke Koltrowitz

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below