27 août 2009 / 17:00 / il y a 8 ans

LEAD 2 L'Oréal-Résultats en baisse, marge moins faible que prévu

* L‘opérationnel affecté par les produits de luxe

* Marge moins faible que prévu

* Confirmation d‘une amélioration graduelle du chiffre d‘affaires

(actualisé avec détails)

PARIS, 27 août (Reuters) - L‘Oréal (OREP.PA) a annoncé jeudi des résultats semestriels en baisse moins importante qu‘attendu, surtout affectés par le recul des marges de sa division de produits de luxe, et a confirmé tabler sur une amélioration progressive de son chiffre d‘affaires.

Le géant mondial des cosmétiques, qui a vu la baisse de ses ventes ralentir au deuxième trimestre [ID:nLU722880] grâce à de moindres opérations de déstockage, dit aborder le second semestre “avec confiance” malgré un contexte de marché qui demeure encore incertain.

Le résultat opérationnel accuse une baisse de 8,3% à 1.374 millions d‘euros, mais s‘inscrit au-dessus du consensus des analystes interrogés par Reuters (1.290 millions d‘euros) et subit surtout le recul de la performance opérationnelle des produits de luxe, dont la marge a chuté à 11,9%, contre 19,6% avec l‘intégration sur l‘ensemble du semestre d‘YSL Beauté, racheté à PPR (PRTP.PA) en juin 2008.

La division des produits de luxe (Lancôme, Armani, Helena Rubinstein ou YSL) a été la plus touchée par la crise et ses effets sur la consommation et les stocks des distributeurs.

Au niveau du groupe, le recul de la marge opérationnelle est moins important que prévu. Le taux de marge sur le chiffre d‘affaires est ainsi ressorti à 15,7%, contre un niveau record de 17,3% un an plus tôt et 15,5% sur l‘ensemble de l‘année 2008, alors que la moyenne des prévisions des analystes se situait autour de 14,7%.

L‘Oréal, confronté à une baisse inédite de ses ventes depuis l‘automne 2008, a fait le choix de maintenir ses investissements publi-promotionnels à un niveau élevé (représentant 30% du chiffre d‘affaires), au prix d‘une baisse de ses marges.

Il a aussi annoncé des réductions de coûts passant, pour la première fois depuis 1974, par un gel des embauches dans les pays développés, mesures venues s‘ajouter à plusieurs transferts d‘usines en Europe et à la suppression de 500 emplois aux Etats-Unis.

Le groupe, qui tient une conférence vendredi matin, est très attendu sur l‘impact de ces diverses mesures ainsi que sur l’évolution attendue de sa marge au deuxième semestre.

Le résultat net hors éléments non récurrents - qui sert de référence pour le calcul du bénéfice net par action - est quant à lui ressorti en baisse de 3,6% à 1.211 millions d‘euros (1.081 millions attendus).

Le titre a clôturé sans changement à 64,69 euros à la Bourse de Paris jeudi, signant une hausse limitée à 3,8% depuis le début de l‘année, pour une capitalisation boursière de 38,7 milliards d‘euros.

Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot et Cyril Altmeyer

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below