26 février 2009 / 11:27 / dans 9 ans

SYNTHESE - Lourd tribut de RBS, Dresdner et Natixis à la crise

* Perte record de 24 milliards de livres pour RBS en 2008

* UBS nomme un nouveau directeur général

* Première perte depuis six ans pour Allianz plombé par Dredner

* Les négociations s‘intensifient sur de nouveaux soutiens publics pour Citigroup et AIG aux Etats-Unis

FRANCFORT/NEW YORK, 26 février (Reuters) - Royal Bank of Scotland (RBS.L) a annoncé jeudi une perte record de 24 milliards de livres alors que plusieurs autres banques européennes ont elles aussi payé à nouveau un lourd tribut à la crise financière.

Aux Etats-Unis, Citigroup (C.N) serait proche d‘un accord en vue d‘une prise de participation à hauteur de 40% par les autorités américaines qui pourraient aussi prendre le contrôle de certains actifs de l‘assureur AIG (AIG.N).

RBS qui a accusé la plus importante perte jamais enregistrée par une entreprise britannique a parallèlement dévoilé un plan de restructuration qui la verra placer 325 milliards de livres d‘actifs sous protection de l‘Etat.

Ceci dans le cadre d‘un plan d‘assurance pour le secteur bancaire lancé par le gouvernement britnnique pouvant porter sur plus de 500 milliards de livres.

RBS, qui bénéficiera d‘un apport de 13 milliards de livres de la part du gouvernement britannique, va par ailleurs réduire ses coûts de 2,5 milliards de livres au prix de plusieurs dizaines de milliers de suppressions de postes.

La banque isolera aussi ses activités non stratégiques représentant 20% de ses actifs et 240 milliards de livres dans une entités ad hoc en vue de les céder ou de les arrêter.

Autant de mesures susceptibles, a dit la banque, de faire monter la part de l‘Etat au capital jusqu’à 95% contre 70% actuellement, participation obtenue après une injection d‘urgence de 20 milliards de livres en octobre dernier.

Le premier assureur allemand Allianz (ALVG.DE) a accusé en 2008 une perte plus importante que prévu, plombé par les difficultés de Dresdner Bank que l‘assureur n‘a cédé que le mois dernier.

Les dépréciations liées à la cession de Dresdner à Commerzbank (CBKG.DE) ont entraîné une perte de 2,4 milliards d‘euros pour l‘assureur allemand, la première depuis six ans.

Les pertes de Dresdner ont atteint 6,4 milliards d‘euros l‘année dernière et 3 milliards sur le seul quatrième trimestre.

Du coup, l‘assureur ne compte plus atteindre son objectif d‘un bénéfice d‘exploitation de neuf milliards d‘euros cette année, objectif qui avait été établi pour des marchés fonctionnant normalement.

UBS UBSN.VX, le numéro un de la banque en Suisse, qui avait annoncé le 10 février près de 20 milliards de francs suisse de pertes pour 2008, a fait part du remplacement de son directeur général Marcel Rohner par l‘ancien dirigeant du Créditsuisse GSGN.VX Oswald J. Grübel.

Grübel, qui avait pris sa retraite, est crédité du redressement du Crédit suisse grâce à un plan de restructuration massif, une recette dont il a d‘ores et déjà prévenu qu‘il faudrait l‘appliquer à UBS.

AIG, UNE PERTE HISTORIQUE?

En France, Natixis, la filiale de banque d‘investissement des Banques Populaires et des Caisses d‘Epargne, a annoncé une perte nette part du groupe de 1,617 milliard d‘euros au quatrième trimestre, bien inférieure aux attentes des analystes.

La perte sur l‘exercice 2008 ressort toutefois à 2,8 milliards d‘euros contre 1,92 milliards attendu par le consensus des analystes interrogés par Reuters.

Natixis a dit ne pas s‘attendre à un changement de stratégie dans le cadre de la fusion en cours de ses deux maisons-mère.

Aux Etats-Unis, les autorités pourraient prendre jusqu’à 40% de Citigroup (C.N) et le contrôle de certains actifs du groupe d‘assurances AIG.

Un accord serait imminent et pourrait être annoncé dès aujourd‘hui en vue d‘une prise de participation des autorités américaines pouvant aller jusqu’à 40% du capital de Citigroup, rapporte le site internet du Wall Street Jounral citant des sources proches du dossier.

L‘assureur en difficulté American International Group pourrait quant à lui céder certains actifs qu‘il a mis en vente aux autorités américaines si les prix proposés par d’éventuels acquéreurs devaient se révéler insuffisamment attractifs, a déclaré une source proche du dossier.

Une alternative également en discussion avec les autortiés consisterait à convertir 40 milliards de dollars d‘actions préférentielles détenues par les autorités en actions ordinaires.

AIG, qui risque de devoir annoncer la plus importante perte trimestrielle jamais enregistrée aux Etats-Unis et solliciter une aide publique pour la troisième fois, doit céder des actifs pour se maintenir à flot et rembourser une partie des 150 milliards de dollars empruntés l‘année dernière afin d’éviter la faillite.

Les offres pour les activités asiatiques de l‘assureur, dont la cession pourrait lui rapporter plusieurs dizaines de milliards de dollars doivent être remises avant vendredi, selon des sources proches du dossier. AIG cherche aussi à vendre une partie de ses filiales américaines. (version française Marc Joanny)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below