26 août 2009 / 05:55 / il y a 8 ans

LEAD 4 Natixis anticipe un retour au bénéfice au 3e trimestre

* Perte nette de 883 millions d'euros au T2

* Garantie de BPCE à hauteur de 35 milliards d'euros sur les actifs risqués de Natixis

* Natixis pense renouer avec le bénéfice au T3

(actualisée avec commentaire de Crédit suisse §8, déclaration de Mignon §16)

Par Matthieu Protard

PARIS, 26 août (Reuters) - Natixis (CNAT.PA), qui a signé mercredi un cinquième trimestre consécutif de pertes au deuxième trimestre 2009, a reçu la garantie de sa maison-mère BPCE sur ses actifs toxiques et pense pouvoir revenir dans le vert au troisième trimestre.

La banque, durement frappée par la crise financière, a fait état d'une perte nette de 883 millions d'euros au deuxième trimestre 2009, mais finalement moins importante qu'attendu.

Le consensus indicatif de Reuters, établi à partir des prévisions de sept analystes, tablait en moyenne sur une perte nette de 911 millions d'euros.

Natixis a indiqué que sa maison-mère BPCE (Banque Populaire - Caisse d'Epargne), qui détient 71,54% de son capital, allait garantir son portefeuille d'actifs toxiques à hauteur de 35 milliards d'euros et que la garantie, d'une durée de 10 ans, couvrait 85% des pertes potentielles sur les actifs risqués.

Cette annonce a fait flamber le titre qui grimpait de 36,4% à 3,14 euros vers 16h20 après avoir été momentanément reservée à la hausse à l'ouverture, suite à d'importants ordres d'achat. A ce cours, elle gagne près de 148% depuis le début de l'année.

"Les nouvelles annoncées sont de bon augure pour les actionnaires minoritaires et témoignent d'un soutien très fort de la maison-mère", écrit Pierre Chedeville, analyste de CM-CIC Securities dans une note de recherche.

Le courtier Kepler Equities a de son côté relevé sa recommandé à "acheter" sur la valeur contre "conserver" précédemment. La garantie apportée par BPCE a aussi amené les analyste d'Oddo Securities à relever leur conseil à "achat" contre "alléger" auparavant.

L'analyste de Crédit suisse, qui avait anticipé une perte limitée à 445 millions d'euros, y voit la volonté de "nettoyer" les comptes de Natixis.

OBJECTIF DE BÉNÉFICE AU T3 RÉALISTE, SELON PÉROL

Prié de dire si Natixis pensait redevenir bénéficiaire au troisième trimestre 2009, François Pérol, président de la banque, a répondu : "C'est bien l'objectif que nous nous assignons".

"Quand on regarde la performance opérationnelle des activités de Natixis au deuxième trimestre, ce n'est pas un objectif qui nous paraît irréaliste", a ajouté François Pérol, qui est aussi président du directoire de BPCE, lors d'une conférence téléphonique.

La banque, recapitalisée à hauteur de 9,1 milliards d'euros depuis un an, s'est aussi fixée un objectif de rendement des fonds propres (ROE) de 12% à l'horizon de 2012.

A fin juin 2009, ses actifs toxiques, isolés dans un portefeuille spécial baptisé GAPC (gestion active des portefeuilles cantonnés) pour y être progressivement liquidés, s'élèvent à 29,7 milliards d'euros contre 33,7 milliards d'euros à fin mars.

PERTE DE 757 MILLIONS D'EUROS POUR BPCE

Née fin juillet de la fusion des organes centraux des Banques populaires et des Caisses d'épargne, la banque BPCE a de son côté rapporté une perte nette de 757 millions d'euros au premier semestre 2009.

L'arrivée de François Pérol, l'ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée, à la tête des deux banques mutualistes en mars dernier a entraîné une réorganisation en profondeur de Natixis.

Après l'éviction de Dominique Ferrero, la direction générale de Natixis a été confiée début mai à Laurent Mignon. Une revue stratégique de l'ensemble de ses activités a aussi été lancée alors qu'un premier recentrage de la banque de financement et d'investissement sur des activités moins risquées a été opéré dès 2008.

Lors d'une conférence de presse, Laurent Mignon a déclaré qu'il n'y avait aucun plan de cessions d'actifs en cours.

Suite aux informations des Echos évoquant une garantie des actifs risqués par BPCE, Natixis a avancé mardi de 24 heures la publication de ses résultats trimestriels, initialement prévue jeudi avant-Bourse, et demandé la cotation de son action à la Bourse de Paris (plus de détails [ID:nLP146156])

L'action Natixis avait été l'objet d'une flambée spéculative au milieu de l'été, sur fond de rumeurs de retrait de la cote, de transfert des actifs toxiques et d'annonces imminentes d'une nouvelle stratégie.

Dans un avis financier de l'Autorité des marchés financiers, le groupe BPCE avait démenti tout projet de retrait de la cote de Natixis qui, malgré un net bond depuis le début de l'année, reste loin des 19,55 euros de son introduction en Bourse, fin 2006.

Lire aussi :

* Natixis ploie sous le poids de ses actifs toxiques [ID:nLH472188]

* BPCE coupe court aux rumeurs de sortie de cote de Natixis [ID:nLB64531]

Matthieu Protard, édité par Pascale Denis

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below