LEAD 1 Banque pop-Perte historique avant fusion avec l'Ecureuil

jeudi 26 février 2009 13h45
 

PARIS, 26 février (Reuters) - Le groupe Banque populaire, sur le point d'annoncer les termes de sa fusion avec les Caisses d'épargne, a fait état jeudi de sa première perte nette annuelle de l'après-guerre imputable notamment à une provision pour dépréciation liée à Natixis mais aussi à une diminution de son résultat dans la banque de proximité.

La banque, qui annoncera ce soir les modalités d'une fusion orchestrée par le gouvernement, a accusé en 2008 une perte nette de 468 millions d'euros alors qu'elle affichait un an plus tôt un bénéfice net de 1.055 millions.

Son résultat d'exploitation subit également une forte contraction

Le groupe Banque populaire explique dans son communiqué de résultats qu'il a décidé d'enregistrer sur l'exercice écoulé une provision pour dépréciation de la totalité de la survaleur de la BFI (Banque de financement et d'investissement) de Natixis pour un montant de 324 millions d'euros dans le contexte actuel de dégradation des marchés.

La banque de proximité a vu son résult net tomber à 1.101 millions d'euros contre 1.340 millions l'année dernière, un résultat qui démontre "sa capacité de résistance", selon le groupe bancaire.

Les ratios de solvabilité ont néanmoins bien souffert durant cette année marquée par une des pires crises financière de l'histoire.

Le ratio Core Tier One de la banque, celui qui mesure les fonds propres dits "durs" est tombé à 7,8% contre 8,9% un an plus tôt.

Natixis, détenue à 71% par les deux établissements mutualistes, a annoncé jeudi des pertes nettement supérieures aux attentes du marché.

(Julien Ponthus, édité par Gilles Guillaume)