March 26, 2009 / 3:59 PM / 8 years ago

NRJ-Chute accélérée du CA radio au T1, nouvelles économies en 09

7 MINUTES DE LECTURE

par Cyril Altmeyer

PARIS, 26 mars (Reuters) - NRJ (SONO.PA) a annoncé jeudi une poursuite de ses mesures d'économies en 2009 tandis que la chute de son chiffre d'affaires radio en France, qui assure les deux tiers de ses revenus, devrait s'accélérer au premier trimestre.

Le groupe de médias a publié mercredi une perte nette inattendue et renoncé à verser un dividende pour la première fois de son histoire, malgré une trésorerie nette de 85 millions d'euros, qui pourrait servir à des acquisitions "connexes ou annexes" à ses activités.

"La crise n'a pas seulement affecté le marché publicitaire, elle est également favorable à l'audience des radios généralistes, qui surfent sur l'anxiété ambiante", a déclaré lors d'une conférence de presse le PDG Jean-Paul Baudecroux, fondateur et premier actionnaire du groupe avec 72,8% du capital, qui a repris les commandes en juillet 2008 après le départ de Marc Pallain.

NRJ Group, qui possède les radios NRJ, Nostalgie, Chérie FM, Rire & Chansons et MFM, n'a pas fourni de prévisions pour l'ensemble d'année en raison du manque de visibilité.

L'action perd 2,30% vers 16h50, donnant au groupe une capitalisation d'environ 400 millions d'euros, après avoir ouvert en baisse de plus de 13%. Elle a cédé 11,4% depuis le début de l'année, après avoir reculé de 23,8% en 2008. Jean-Paul Baudecroux a dit que le groupe poursuivrait ses rachats d'actions, après avoir déjà racheté l'équivalent de 5% de son capital, ramenant le flottant à 18,3%, et il a précisé à Reuters qu'aucun projet de retrait de la cote, évoqué par certains analystes, n'était à l'ordre du jour.

"L'effet de base entre 2007 et 2008 était facile en radio et les audiences ne se sont pas redressées", a déclaré un analyste. "Quant à la télévision, ils vont se retrouver face aux groupes TF1 et M6 qui vont se montrer plus agressifs face à la baisse des audiences des chaînes historiques".

Selon Médiamétrie, NRJ 12 se classait en février troisième en terme d'audience (avec 1,4%) derrière TMC (TF1 (TFFP.PA)/AB Group) et W9 (M6 (MMTP.PA)).

Le résultat opérationnel courant (ROC) de NRJ a baissé de 47,0% à 18,4 millions d'euros en 2008. Il ressort en recul de 48,2%, en excluant l'opérateur télécoms NRJ Mobile, que le groupe a déconsolidé depuis le 1er mai 2008 après avoir ramené sa participation de 50% à 10% au profit de son partenaire CM-CIC.

Le ROC ressort dans les deux cas au-dessus des attentes des analytes, à la faveur d'une maîtrise des coûts que le groupe compte maintenir cette année, sans chiffrer les économies "significatives" prévues, notamment dans la radio en France.

"Toutes les hypothèses de travail vont être examinées pour pouvoir trouver des sources d'économies complémentaires à celles qui ont été mises en oeuvre et qui vont être maintenues sur l'année 2009, en tous cas sur le premier semestre", a dit Maryam Salehi, directrice déléguée du groupe.

Elle a assuré que le comité d'entreprise régulier organisé ce jour ne visait pas à annoncer un quelconque plan social, répondant ainsi aux inquiétudes manifestées par les syndicats pour l'emploi dans les stations locales.

Pas D'effet D'aubaine De La Fin De La Pub Sur France Tv

L'activité radio en France, dont le résultat opérationnel a chuté de 29,8% à 47,5 millions, devrait accuser au premier trimestre une chute de son chiffre d'affaires supérieure à celle de 14,6% accusée au quatrième trimestre 2008, a indiqué NRJ. Les recettes publicitaires issus de la distribution, première catégorie d'annonceurs du groupe, sont en baisse de 7% au premier trimestre et les trois catégories suivantes, transports, services et télécoms, affichent des reculs respectifs de 31%, 38% et 29%.

NRJ Group a accusé une perte nette, part du groupe, de 4,6 millions d'euros, en 2008 après un bénéfice de 51,5 millions en 2007. Les analystes attendaient en moyenne un bénéfice net de 9,5 millions d'euros, selon Reuters Estimates.

Le chiffre d'affaires a baissé de 7,9% à 331,3 millions d'euros en 2008, avec notamment une chute de 58,1% hors médias qui avait profité en 2007 de la comédie musicale "Le Roi Soleil", tandis que le groupe compte sur "Cléopâtre" en 2009.

Concernant le pôle télévision (NRJ 12, NRJ Hits et NRJ Paris), Jean-Paul Baudecroux a dit constater une "forte croissance" au premier trimestre malgré un ralentissement en mars.

Il a précisé à Reuters que le groupe n'avait pas bénéficié d'effet d'aubaine après la suppression de la publicité sur France Télévisions après 20 heures depuis le 5 janvier, un discours qui tranche avec celui d'Alain Weill, le patron de NextRadioTV NXTV.PA, concernant BFMTV. (Plus de détails: [ID:nLD943924])

Jean-Paul Baudecroux a estimé que la perte d'exploitation de l'activité télévision avait probablement atteint "son point bas" en 2008, à 22,3 millions après 18,3 millions en 2007, et qu'elle devrait se réduire en 2009.

Il a également déclaré que le processus de l'entrée d'un éventuel investisseur au capital de Towercast, principal concurrent de TDF en France, se poursuivait sous la houlette de BNP Paribas.

Quant aux radios internationales, il a estimé que les offres reçues pour ses activités en Allemagne, Autriche et Finlande n'étaient pas suffisantes en matière de prix, même s'il a fait état de marques d'intérêt "très vif" de la part de grands groupes de médias en Allemagne.

Edité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below