Les plans du "Grand Paris" ne signent pas la mort de CDG Express

mardi 26 mai 2009 15h50
 

PARIS, 26 mai (Reuters) - Le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau, a déclaré mardi que le volet transports du "Grand Paris" ne remettait pas en question le projet de liaison ferroviaire à grande vitesse entre Paris et l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle.

"Les projets de desserte des aéroports franciliens du 'Grand Paris' ne remettent pas en cause 'CDG Express'. Nos discussions avec Vinci (SGEF.PA: Cotation) (le groupe de BTP est en négociations exclusives avec les pouvoirs publics, ndlr) se poursuivent", a-t-il dit au cours d'un déjeuner de presse organisé par l'Association des journalistes professionnels de l'aéronautique et de l'espace.

Présenté le 29 avril par le président de la République Nicolas Sarkozy, le projet du "Grand Paris", qui vise à moderniser en profondeur l'agglomération francilienne entre 2012 et 2022, envisage un investissement de 35 milliards d'euros pour améliorer les infrastructures de transport et comprend notamment la construction d'une ligne de métro automatique entre Roissy et Orly ainsi qu'un prolongement de la ligne 14 du métro jusqu'aux deux aéroports de la capitale.

Afin d'améliorer la desserte de Roissy, premier aéroport français, le projet "CDG Express" vise pour sa part à relier la plate-forme à la gare de l'Est et se présente comme une alternative à la desserte actuelle assurée par le RER.

Selon le quotidien Le Figaro, les travaux devraient coûter 600 millions d'euros et s'étaler sur une durée de six ans. Une porte-parole de Vinci a confirmé mardi que le groupe avait engagé des discussions avec l'Etat mais a refusé de communiquer le calendrier et le montant de l'opération.

* Voir aussi: Sarkozy se donne dix ans pour construire le "Grand Paris" [ID:nLT906542]

(Matthias Blamont, édité par Jean-Michel Bélot)