26 janvier 2009 / 13:00 / il y a 9 ans

LEAD 1 Kaufman & Broad se juge en état d'affronter 2009

* K&B se juge en état d'affronter une année difficile

* Le promoteur peut gagner des parts de marché en 2009

* Nouvelle opération de promotion de 122 logements à -10%

par Juliette Rouillon

PARIS, 26 janvier (Reuters) - Kaufman & Broad (KOF.PA), qui a vu ses réservations de logements chuter de 40% et son bénéfice net dégringoler de 90% l'an dernier, estime avoir pris toutes les mesures nécessaires pour être en état d'affronter une année 2009 encore très difficile sur le marché de l'immobilier.

Après avoir réagi plus rapidement à la crise que les autres promoteurs, le promoteur devrait même gagner des parts de marché cette année, a déclaré lundi son P-DG Guy Nafilyan lors de la présentation à la presse et aux analystes des résultats annuels.

En 2008, Kaufman & Broad a renégocié sa dette, abandonné de nombreux projets de construction non rentables, réduit de plus d'un tiers ses charges opérationnelles et abaissé ses prix de vente afin d'écouler ses stocks au plus vite, a-t-il rappelé.

"En 2008 nous avons, les premiers et le plus rapidement possible, fait tout le travail nécessaire pour mettre Kaufman & Broad en position de gagner des parts de marché", a-t-il dit.

Toutefois, le président de la société rachetée mi-2007 par le fonds d'investissement PAI Partners, qui a dû lancer deux avertissements sur son chiffre d'affaires et ses marges en 2008, n'avancera aucun objectif chiffre avant la fin du 1er semestre.

"Les six premiers mois de 2009 seront difficiles. Il ne faut pas s'attendre à de bonnes nouvelles", a simplement déclaré Guy Nafilyan. Il table toutefois sur un redémarrage du marché en 2010 et estime que K&B "sera la première société à rebondir."

122 LOGEMENTS A PRIX REDUIT

Pour l'année en cours, le promoteur va continuer à lancer des opérations de promotion pour limiter ses stocks, actuellement à 4% de son chiffre d'affaires, contre 2% fin mai.

Après avoir offert des remises de 8% fin 2008, K&B a annoncé le lancement d'une nouvelle opération sur 122 logements sur 60 projets en cours de commercialisation, avec 10% de rabais.

"L'essentiel est de générer du cash", a déclaré le P-DG.

Le groupe va également s'orienter davantage vers les ménages qui achètent leur premier logement, avec pour objectif de porter de 30 à 40% la part de cette clientèle dans son activité.

Enfin, il va progressivement se recentrer sur ses plus gros marchés que sont Paris, Lyon, Marseille et Toulouse, et plus particulièrement sur l'Ile-de-France, la fermeture des agences de Lille et de Strasbourg étant prévue à terme.

Sur l'exercice à fin novembre 2008, K&B a dégagé un résultat net de 8,2 millions d'euros, contre 84,4 millions en 2006-2007, en raison de la forte dégradation du marché du logement qui l'a conduit à passer d'importantes charges de restructuration.

Son résultat opérationnel courant a reculé de 51,1% à 88,5 millions l'an dernier pour un chiffre d'affaires de 1.165,1 millions d'euros (-15,7%), dégageant ainsi une marge courante de 7,6% du chiffre d'affaires (contre 13,1% il y a un an).

Les charges opérationnelles, qui étaient de 138 millions d'euros fin 2007, devraient être de l'ordre de 95 millions en 2009, note le groupe, qui précise que l'ensemble de ces mesures s'est traduit par des charges non-courantes de 24,4 millions, essentiellement prises en compte au troisième trimestre 2008.

Au 4e trimestre, 1.150 réservations en volume de logements ont été enregistrées, à comparer à 2.009 réservations pour la même période de 2007, soit une baisse de 42,7%. Hors annulations dues aux abandons de projets, la baisse aurait été de 37,5%. Sur 2008, les réservations baissent de 40,0%. Hors annulations dues aux abandons de projets, elles baisseraient de 35,6% en volume.

BAISSE DES PRIX "CONTENUE" A 3% DANS LE NEUF

Kaufman & Broad a également signé le 23 janvier un accord avec ses banques qui lui permet notamment d'utiliser une ligne de liquidité supplémentaire de 75 millions d'euros pendant deux ans, un aménagement des ratios financiers et la suspension du dividende pendant au moins trois exercices.

Sans vouloir avancer non plus d'objectif en matière de ratio d'endettement, Guy Nafilyan estime que "sur trois ans, le groupe devrait pouvoir restaurer largement (ses) fonds propres."

Le titre K&B, qui a perdu 70% en 2008 et encore 30% depuis le début de l'année, fait le mort en Bourse, avec un cours inchangé à 5,50 euros et un volume minime de 1.285 pièces.

"Les résultats sont un peu inférieurs aux attentes mais il n'y a pas de catastrophe", commente Emmanuel Parot, analyste chez Gilbert Dupont. "Beaucoup d'investisseurs sont sortis du titre et il n'y a pas beaucoup de volume", explique-t-il.

"Ce qui est intéressant c'est de constater que les prix moyens de promoteurs ont décroché à partir de la fin de l'année dernière. Ils n'hésitent plus désormais à offrir des baisses de prix sensibles pour écouler leurs stocks", ajoute l'analyste.

Guy Nafilyan estime néanmoins que la baisse des prix des logements neufs en France cette année devrait rester "extrêmement contenue", de l'ordre de 3%, dans un marché qui reste malgré tout sain, avec une demande forte et redevenue solvable grâce aux baisses de prix et de taux d'intérêt et avec des stocks relativement faibles, estimés à 6.000 logements.

"Les fondamentaux sont bons, sûrement les meilleurs d'Europe. Le problème c'est l'attentisme. Les Français sont inquiets", a souligné le président du groupe.

Jean-Michel Bélot, Juliette Rouillon, édité par Jacques Poznanski

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below