26 août 2009 / 18:07 / dans 8 ans

LEAD 2 GDF Suez - S1 conforme aux attentes, objectifs confirmés

* Résultat brut d‘exploitation en ligne avec les attentes

* Objectifs confirmés

* La CGT réclame des hausses de salaires et une baisse des prix du gaz

(actualisé avec déclarations de Gérard Mestrallet et communiqué de la CGT)

Par Benjamin Mallet

PARIS, 27 août (Reuters) - GDF Suez GSZ.PA a publié mercredi un résultat brut d‘exploitation (Ebitda) en ligne avec les attentes au 1er semestre et a confirmé l‘ensemble de ses objectifs.

Dans un communiqué, l’énergéticien a réitéré “l‘ensemble de ses objectifs 2009 et à moyen terme”, à savoir une hausse de son Ebitda sur l‘ensemble de 2009 par rapport à 2008 et un Ebitda de 17 à 18 milliards d‘euros en 2011.

“Après un troisième trimestre qui devrait être en retrait relatif par rapport à 2008, le groupe anticipe une croissance plus marquée de son activité au cours du quatrième trimestre 2009”, a précisé GDF Suez.

La société a également confirmé viser 650 millions d’économies fin 2009, tout en réitérant son plan d‘investissement de 30 milliards sur 2008-2010.

“Nous sommes parmi les mieux armés pour tirer parti plus fort et plus rapidement du rebond de l‘activité économique mondiale dès qu‘il apparaîtra”, a déclaré lors d‘une intervention téléphonique Gérard Mestrallet, P-DG de GDF Suez, en rappelant que la stratégie du groupe restait fondée sur une croissance essentiellement organique.

Le groupe a enregistré au premier semestre un résultat net part du groupe de 3.263 millions d‘euros, en baisse de 6,3%, pénalisé notamment par des charges financières en hausse; son Ebitda ressort à 7.857 millions (+2,2%), son résultat opérationnel courant à 4.962 millions (-1,6%) et son chiffre d‘affaires à 42.212 millions (+2,3%).

Selon le consensus Reuters, les analystes attendaient en moyenne un résultat net de 2.913 millions d‘euros, un résultat opérationnel courant de 5.089 millions, un Ebitda de 7.874 millions et un chiffre d‘affaires de 43.261 millions.

“Le groupe bénéficie notamment, sur le semestre, de la très bonne disponibilité de l‘outil de production d’électricité nucléaire (90%) qui garantit des coûts de production compétitifs”, a souligné GDF Suez.

LE PRIX DU GAZ EN QUESTIONS

“Les bonnes performances du groupe résultent également de sa politique de couverture de ses ventes d’électricité et des gains à caractère non récurrent réalisés par la branche Global Gaz & GNL au cours du premier trimestre.”

GDF Suez a cependant rappelé que l‘impact du retard de hausses des tarifs du gaz par rapport aux prix du pétrole en France s’était “aggravé” de 363 millions d‘euros au premier trimestre, atteignant au total près de 2,0 milliards d‘euros, tout en soulignant que la baisse de 11,3% au 1er avril permettait “depuis lors au groupe de couvrir ses coûts”.

Le groupe affichait à fin juin un taux d‘endettement de 43% contre 46% à fin 2008. Ses investissements nets ont atteint 4,0 milliards au 1er semestre et son cash flow libre a progressé de 65% à 6,7 milliards.

Il a en outre rappelé qu‘il verserait le 18 décembre un acompte sur dividende de 0,80 euro par action au titre de 2009 et a réitéré “sa politique de rémunération attractive et compétitive des actionnaires”, à savoir “une croissance annuelle moyenne de 10% à 15% entre le dividende payé en 2007 et celui payé en 2010”.

GDF Suez devait à l‘origine annoncer ses résultats jeudi mais un communiqué de la CGT mentionnant le bénéfice net du groupe au 1er semestre l‘a contraint à avancer sa publication.

“Le maintien de ce niveau de résultat, malgré la conjoncture défavorable, conforte les revendications du personnel d‘augmentations de salaires, de l‘arrêt des externalisations et suppressions d‘emplois ainsi qu‘une baisse des tarifs du gaz” a estimé la CGT dans un communiqué.

“COMMISSION DE TRANSPARENCE”

Le syndicat fait valoir que le prix du pétrole est revenu à son niveau de l’été 2005 mais que, depuis cette date, le prix du gaz a fortement augmenté. Il écrit également que GDF Suez “prévoit d‘augmenter de 500 millions d‘euros sa marge sur les ventes en France durant le second semestre 2009”.

“Pour revenir au niveau de 2005, il faudrait donc une baisse d‘environ 25% à comparer à la seule baisse de 11% du mois d‘avril 2009”, ajoute-t-elle en réclamant notamment “une augmentation de la grille des salaires de 10%, une baisse des prix du gaz d‘au moins 10% avant l‘hiver et la mise en place d‘une commission de transparence sur les prix”.

Interrogé sur une éventuelle hausse du prix du gaz en France à l‘automne après la décision du gouvernement de ne pas le modifier en juillet, Gérard Mestrallet a déclaré en juillet à La Tribune : “En ce qui concerne octobre, il est aujourd‘hui trop tôt pour se prononcer, puisque la période de référence qui permet de calculer le prix du gaz n‘est pas terminée.”

Edité par Pascale Denis et Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below