Kaufman & Broad - Recul de 90% du résultat net pdg en 2008

lundi 26 janvier 2009 08h55
 

PARIS, 26 janvier (Reuters) - Kaufman & Broad (KOF.PA: Cotation) a annoncé lundi un recul de 90% de son résultat net 2008 en raison de la forte dégradation du marché du logement, qui a conduit le promoteur immobilier à passer des charges de restructuration.

En 2008, le groupe a dégagé un résultat net de 8,2 millions d'euros contre 84,4 millions un an plus tôt avec un résultat opérationnel courant en recul de 51,1% à 88,5 millions pour un chiffre d'affaires de 1.165,1 millions (-15,7%).

La marge courante s'établit ainsi à 7,6% du chiffre d'affaires (contre 13,1% il y a un an).

"Les résultats de l'exercice 2008 traduisent la dégradation forte et continue du marché du logement en France, et la prise en compte de l'adaptation des opérations et des charges aux conditions du marché", a déclaré Guy Nafilyan, P-DG de Kaufman & Broad dans un communiqué.

Dans le cadre des mesures de réduction de ses charges opérationnelles, le groupe a supprimé 166 postes et il prévoit la fermeture à terme de deux agences ainsi que la réduction des frais fixes.

Les charges opérationnelles, qui étaient de 138 millions d'euros fin 2007, devraient être de l'ordre de 95 millions d'euros en 2009, souligne le groupe, qui précise que l'ensemble de ces mesures s'est traduit par des charges non-courantes de 24,4 millions d'euros, essentiellement prises en compte sur le troisième trimestre 2008.

Kaufman & Broad a signé le 23 janvier un accord avec ses banques qui lui permet notamment d'utiliser une ligne de liquidité supplémentaire de 75 millions d'euros pendant deux ans. Cet accord prévoit également un aménagement des ratios financiers applicables au groupe et la suspension des distributions de dividendes pendant au moins trois exercices.

Au 4e trimestre, 1.150 réservations en volume de logements ont été enregistrées à comparer à 2.009 réservations pour la même période de 2007, soit une baisse de 42,7%. Hors annulations dues aux abandons de projets, la baisse aurait été de 37,5%.

Sur 2008, les réservations baissent de 40,0%. Hors annulations dues aux abandons de projets, les réservations en volume baisseraient de 35,6%.

(Jean-Michel Bélot)