25 août 2009 / 07:08 / il y a 8 ans

Lindt & Sprüngli reste prudent après un S1 mitigé

* Chiffre d'affaires inférieur aux attentes au S1

* Confirme les prévisions pour 2009

ZURICH, 25 août (Reuters) - Lindt & Sprüngli (LISP.S) (LISN.S) confirme ses prévisions prudentes pour l'année en cours après un premier semestre marqué par une stagnation des ventes en monnaies locales et des charges uniques.

Le chiffre d'affaires s'est tassé de 5,4% en francs suisses et a crû de 0,2% en monnaies locales à 979 millions de francs (645,45 millions d'euros) alors que les analystes prévoyaient 1.117 millions.

Les ventes enregistrées l'an dernier ont été revues à la baisse en raison d'un changement de comptabilisation, expliquent les fabriques de chocolat, dans un communiqué publié mardi.

Face à un environnement conjoncturel défavorable, la plupart des partenaires commerciaux ont été amenés à réduire leurs stocks, les ventes de chocolats au public dépassant le chiffre d'affaire effectif, estime Lindt & Sprüngli, déduisant qu'il a gagné des parts de marché.

"Il faut surtout s'intéresser à la croissance organique qui est encore loin de l'objectif à long terme, 6 à 8%, mais malgré tout décente", expliquent les analystes de la banque Wegelin, saluant aussi le maintien des prévisions pour l'Ebit.

Pour le reste de l'exercice, Lindt & Sprüngli confirme viser une croissance organique entre 2% et 5% cette année et un Ebit entre 260 et 280 millions.

Le résultat opérationnel (Ebit) du premier semestre a reculé de 94,3% à 1,9 million de francs, en raison de charges extraordinaires de 22,2 millions liées à la fermeture de boutiques aux Etats-Unis et à une réévaluation d'un entrepôt de stockage en Italie. Les analystes le voyaient à 11,1 millions après exceptionnels. Le bénéfice net a chuté de 88,2% à 2,7 millions de francs, faisant mieux que le 0,4 million escompté.

Les activités du groupe étant fortement saisonnalisées, plus de 60% du chiffre d'affaires est généré au second semestre alors que les frais se répartissent de manière équitable sur l'année, pesant sur la rentabilité des six premiers mois.

Silke Koltrowitz, édition Pascal Schmuck

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below