24 juin 2009 / 12:22 / il y a 8 ans

LEAD 1 SOMMET ENERGIE Bourbon se dit conforté dans sa stratégie

* La remontée des cours du pétrole rassure le groupe

* “Pas de tabou” vis-à-vis d‘une éventuelle cession du vrac

* 2009 sera probablement au-dessus des objectifs du plan 2012 en termes de chiffre d‘affaires

par Benjamin Mallet et Marie Maitre

PARIS, 24 juin (Reuters) - Le renouvellement de la flotte de bateaux de Bourbon (GPBN.PA) lui permet de résister aux pressions sur les prix de certains de ses clients et la remontée des cours du pétrole le conforte dans sa stratégie, a déclaré mercredi son P-DG Jacques de Chateauvieux.

Même si la baisse des prix du brut par rapport aux sommets atteints en 2008 a conduit les compagnies indépendantes à réduire leurs investissements, le spécialiste des services maritimes à l‘offshore pétrolier et du transport de marchandises en vrac fait valoir que sa flotte moderne constitue à elle seule une garantie de baisse des coûts et qu‘il réalise 90% de ses ventes dans l‘offshore auprès de grands groupes pétroliers.

“Nous n‘avons pas de vieux bateaux (...), nous n‘avons pas une pression déraisonnable sur les produits que nous proposons compte-tenu de leur qualité et de la productivité qu‘ils offrent aux clients”, a souligné Jacques de Chateauvieux lors d‘un entretien organisé à l‘occasion d‘un sommet Small & MidCaps sur l’énergie organisé par Reuters.

“Il est manifeste qu‘avec un baril qui est reparti au-dessus de 50 ou 60 dollars, on retrouve des conditions d‘exploitation (...) sur lesquelles l‘approche est sereine. Il y a trois mois, j’étais confiant dans notre stratégie mais je ne savais pas si elle serait écoutée. Aujourd‘hui, je sais que notre stratégie est écoutée, on en a la démonstration tous les jours.”

A fin 2008, Bourbon disposait d‘une flotte détenue en propre de 293 navires et en avait commandé 176. Il en vise près de 400 à l‘horizon 2012 et prévoit environ 77 livraisons cette année.

“On est tout à fait en ligne avec ce qui était prévu (en termes de livraisons)”, a indiqué Jacques de Chateauvieux.

SOLIDES PERFORMANCES DANS L‘OFFSHORE

Concernant une éventuelle cession de la division vrac, dont les performances sont inférieures à celles des activités dans l‘offshore, Jacques de Chateauvieux a déclaré : “On n‘a pas de tabou sur ce plan là.”

“Si Bourbon était un ‘pure player’ offshore, on aurait un profil relativement intéressant pour les investisseurs.”

“La place du vrac dans Bourbon a été un élément significatif de la sécurité avec laquelle Bourbon réalise son plan à horizon 2012. En ce moment, c‘est un peu moins bon, mais il ne faut pas jeter le bébé avec l‘eau du bain”, a cependant ajouté Jacques de Chateauvieux.

Evoquant le plan du groupe annoncé en février 2008 et qui inclut une croissance moyenne du chiffre d‘affaires de 17% par an d‘ici à 2012, dont 21% dans la division offshore, Jacques de Chateauvieux a déclaré que 2009 serait probablement au-dessus de ces objectifs.

“Dans l‘offshore, par rapport à ce qu‘on a prévu, on sera bien au-dessus”, a-t-il précisé.

Dans le cadre de son plan, Bourbon vise en outre un ratio d‘Ebitda (résultat brut d‘exploitation) sur chiffre d‘affaires de 40% en 2012, contre 37,7% en 2008.

La société a annoncé le 7 mai un chiffre d‘affaires en hausse de 12,8% à 238,7 millions d‘euros pour le premier trimestre, avec une activité particulièrement soutenue dans sa division offshore, dont la progression a atteint 47,7% à 202 millions.

DIVERSIFICATION

Prié de dire si Bourbon pourrait annoncer un nouveau plan stratégique d‘ici à 2012, son P-DG a déclaré : “Je serais très surpris qu‘on n‘ait pas fait des choses avant fin 2010.”

Les orientations stratégiques du groupe post-2012 dépendront notamment du potentiel de croissance organique supplémentaire de ses activités dans leur périmètre actuel et de sa capacité à se diversifier dans des métiers connexes, a-t-il souligné.

Les Sucreries Bourbon étaient à l‘origine une petite entreprise familiale de la Réunion qui s‘est lancée au début des années 1980 dans la grande distribution à la Réunion, à Maurice, à Mayotte et au Vietnam avant d‘acquérir une compagnie maritime marseillaise, Chambon.

Le conglomérat a fait son entrée en Bourse en 1998 puis s‘est recentré sur les services maritimes en cédant la branche historique du sucre et le pôle distribution, racheté par Casino (CASP.PA).

Bourbon, qui affiche une capitalisation boursière de 1,6 milliard d‘euros, a vu son action gagner plus de 60% depuis le début de l‘année après avoir reculé de 59,7% en 2008.

(Avec la contribution de Florent Le Quintrec et Michel Rose, édité par Jean-Michel Bélot)

* Pour lire d‘autres interviews et dépêches sur le sommet Energie organisé par Reuters à Paris, cliquez sur : [ID:nENERSUM]

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below