24 octobre 2008 / 10:49 / dans 9 ans

SYNTHÈSE Camions - Volvo et Scania frappés de front par la crise

* Volvo - Bénéfice imposable T3 nettement sous le consensus.

* Volvo abaisse ses prévisions de marchés pour l‘Europe et l‘Amérique du Nord.

* Scania - Bénéfice imposable T3 en hausse mais inférieur aux attentes.

* Les carnets de commandes plongent.

* Volvo chute de plus de 20%, Scania de 13% en Bourse.

par Nicklas Pollard

STOCKHOLM, 24 octobre (Reuters) - Volvo (VOLVb.ST) et Scania SCVb.ST, les deux grands constructeurs suédois de camions, ont publié vendredi des résultats trimestriels inférieurs aux attentes accompagnés de prévisions sombres pour les mois à venir.

La forte baisse des nouvelles commandes enregistrées par les deux groupes constitue une nouvelle illustration de l‘impact de la crise financière sur la demande dans le secteur en Europe, leur premier débouché. Chez Scania, cette baisse atteint 69% sur un an; quant à Volvo, il explique avoir enregistré ces trois derniers mois presque autant d‘annulations que de nouvelles commandes;

Ces annonces font chuter les deux valeurs à la Bourse de Stockholm: à la mi-journée, Volvo cédait 20,5% et Scania 13,1% alors que l‘indice local cédait 8% .OMXS30.

Volvo, deuxième fabricant mondial de poids lourds, a dégagé sur le trimestre juillet-septembre un bénéfice imposable de 2,90 milliards de couronnes suédoises (291 millions d‘euros) contre 4,57 milliards il y a un, soit une baisse de 36,5%. Le consensus Reuters Estimates l‘attendait à 4,64 milliards et l‘estimation la plus basse parmi les 17 recensées était de 3,70 milliards.

De son côté, Scania, numéro cinq du secteur, a fait état d‘un bénéfice avant impôt de 2,51 milliards de couronnes, contre 2,38 milliards l‘an dernier et un consensus à 2,86 milliards.

Le carnet de commandes Volvo accuse une chute de 55% sur un an, après prise en compte des annulations. Au final, le groupe n‘a enregistré que 115 nouvelles commandes nettes sur trois mois, ce qui porte son total à un peu plus de 42.000 unités.

Scania, contrôlé par l‘allemand Volkswagen (VOWG.DE) depuis le début de l‘année, a subi pour sa part une chute de 41% des commandes sur un an, et de 69% pour les seuls marchés d‘Europe occidentale.

RETOURNEMENT DU MARCHÉ

“On s‘y attendait un peu mais nous n’étions pas capables de mesurer l‘ampleur du ralentissement tant que nous ne disposions pas de ces chiffres”, a commenté Carl Holmquist, analyste de Danske Bank.

“Volvo a été un peu plus lent que Scania a maîtriser son carnet de commandes, d‘où le nombre important d‘annulations. Le carnet de commandes de Scania s‘effondre aussi mais ils semblent avoir mieux le contrôler qu‘auparavant.”

Des statistiques publiées vendredi par l‘ACEA, l‘Association des constructeurs européens d‘automobiles, montrent que le marché européens des poids lourds a reculé de 4,8% en septembre, malgré deux jours ouvrables de plus que l‘an dernier.

Pour Volvo, “le retournement de l’économie a été nettement exacerbé par la crise financière mondiale. Le marché européen, qui est important, a nettement baissé et la demande reste faible en Amérique du Nord et en Asie.”

“De plus, nous observons des signes montrant que le climat économique se détériore dans d‘autres régions du monde. A cause de la rapidité de cette décélération, nous n‘avons pas été en mesure de réduire nos coûts au même rythme.”

Volvo, qui commercialise ses camions sous sa marque mais aussi sous celles de Renault et Mack, attend désormais à ce que la croissance du marché européen cette année se situe entre zéro et 5%, contre environ 10% prévus jusqu‘alors. Pour l‘Amérique du Nord, il anticipe une baisse de 10% du marché et plus seulement une stagnation.

Le groupe explique en outre qu‘il est difficile d’établir des prévisions pour 2009 en Europe mais il se prépare à faire face à “une baisse importante”. Il ajoute qu‘il est tout aussi difficile de prévoir quand débutera la reprise du marché américain.

Scania s‘est montré tout aussi circonspect.

“En raison de l‘incertitude sur l’évolution de leurs conditions d‘activité et du manque de liquidités, les clients européens deviennent de plus en plus prudents en matière de nouvelles commandes”, explique le directeur général du groupe, Leif Ostling.

Scania précise qu‘il ajustera sa production à la baisse des commandes et à l‘augmentation des stocks, principalement par le biais des effectifs intérimaires. /BVO/MA

Version française Benoit Van Overstraeten et Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below