France - Des cadres de Caterpillar séquestrés portent plainte

vendredi 24 avril 2009 09h34
 

LYON, 24 avril, Reuters - Les quatre cadres de Caterpillar (CAT.N: Cotation) de Grenoble retenus dans leurs bureaux le 31 mars par des salariés ont déposé plainte contre X pour "séquestration", a-t-on appris jeudi auprès de la direction.

Cette procédure judiciaire intervient après une série de séquestrations ces dernières semaines en France dans des entreprises engagées dans des plans sociaux.

Martine Aubry, Premier secrétaire du Parti socialiste, a déploré cette démarche.

"Je crois qu'aujourd'hui, je n'aurais pas déposé plainte parce qu'il faut calmer le jeu", a-t-elle déclaré sur RMC.

Disant comprendre l'exaspération des salariés, la dirigeante socialiste a estimé que "quand il n'y a pas de justice, il y a le désordre."

La direction de Caterpillar n'a pas souhaité commenté cette action judiciaire. "Pour l'instant, notre priorité est le jugement en référé sur le protocole d'accord", a dit la direction de la communication.

Le tribunal correctionnel de Grenoble doit en effet examiner vendredi l'assignation en référé déposée par la direction du groupe américain et visant le comité d'entreprise qui refuse le protocole d'accord signé dimanche dernier entre direction et syndicats au ministère de l'Industrie.

Ce texte prévoit de ramener de 733 à 600 le nombre de licenciements sur les sites isérois d'Echirolles et de Grenoble

Les salariés ont décidé de se rassembler devant le palais de justice de Grenoble en signe de protestation.

(Catherine Lagrange, édité par Gérard Bon)