March 24, 2009 / 3:44 PM / in 8 years

LEAD 1 La Banque postale constate une décollecte sur le Livret A

5 MINUTES DE LECTURE

PARIS, 24 mars (Reuters) - La Banque postale, qui a vu l'an dernier son bénéfice net reculer de près de 44% à 302,6 millions d'euros, a déclaré mardi s'attendre pour 2009 à une contraction du marché de l'épargne et redoute une collecte moins dynamique sur le Livret A après un cru 2008 record.

La filiale bancaire de La Poste, qui a perdu, avec les Caisses d'épargne, le monopole du Livret A en début d'année, a indiqué qu'elle était au mois de mars en décollecte depuis le début de l'année en raison de la chute du taux d'intérêt du "produit d'épargne préféré des Français".

La rémunération du Livret A est en effet tombée le 1er février à 2,5% alors qu'elle était de 4% depuis le mois d'août dernier, entraînant un essoufflement de la collecte.

D'après la Caisse des dépôts, la collecte du Livret A et du livret de développement durable est tombée, pour l'ensemble du marché français, à 2,1 milliards d'euros le mois dernier contre 18,8 milliards en janvier, soit une contraction de 89%.

"La baisse du taux du Livret A est un élément tout à fait majeur, pour nous comme pour l'ensemble des opérateurs. Il est normal que la collecte baisse et même qu'elle devienne négative", a déclaré Patrick Werner, le président du directoire de la Banque postale lors d'une conférence de presse.

"Depuis le début de l'année, nous sommes dans un solde cumulé négatif sur le Livret A et cela va continuer", a-t-il ajouté.

"Globalement on peut tout de même craindre une certaine contraction du marché de l'épargne financière", a prévenu Patrick Werner.

EFFETS DE LA BANALISATION DU LIVRET A JUGÉS "FAIBLES"

Pour son exercice 2008, la Banque postale a affiché un produit net bancaire en légère progression de 1,5% à 4,8 milliards d'euros. Ses comptes ont toutefois été pénalisés par une hausse de 94,5 millions d'euros du coût du risque intégrant une provision de 78 millions sur la banque Lehman Brothers.

Le groupe a par ailleurs vu la contribution de CNP Assurances (CNPP.PA), dont il détient près de 18% du capital, reculer de 42% à 131 millions d'euros.

En revanche, la filiale de La Poste assure ne pas avoir pour le moment subi les effets de la banalisation du livret d'épargne qui peut être commercialisée depuis le 1er janvier par toutes les banques françaises.

"Les effets de la libéralisation du Livret A ne sont pas nuls, mais ils restent faibles", a-t-il indiqué.

Prié de dire si son groupe bloquait le transfert de certains livrets, Patrick Werner a contesté toute obstruction de la part de la Banque postale.

Il a déclaré avoir "donné des instructions" pour qu'il n'y ait pas de retard dans le transfert de livrets au profit des autres établissements bancaires.

Pour compléter son offre de services bancaires, la Banque postale a multiplié ces derniers mois les partenariats avec notamment la Société générale (SOGN.PA) dans le crédit à la consommation. [ID:nLC729558]

La coentreprise, qui sera détenue à 65% par la Banque postale et à 35% par la Socgen, attend l'agrément de la CECEI et le démarrage de l'activité est prévue pour la fin de l'année.

Le groupe est aussi entré en négociations exclusives avec Groupama pour la création d'une coentreprise dans l'assurance dommages.[ID:nLC315233]

Patrick Werner a une nouvelle fois réitéré son intérêt pour la Banque Palatine, l'établissement spécialisé dans le financement des PME, que les Caisses d'épargne veulent céder. Mais pour le moment, aucune offre n'a encore été déposée.

Matthieu Protard, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below