France/Chimie - La production a chuté de 30% au 1er trimestre

mardi 24 mars 2009 13h17
 

* L'Union des industries chimiques s'attend à une année 2009 "très difficile"

* Les volumes de production ont chuté de 30% au T1, baisse de 7% attendue sur l'ensemble de l'année

PARIS, 24 mars (Reuters) - Le premier trimestre a été marqué par une chute de 30% des volumes de production dans l'industrie chimique française par rapport aux trois mois identiques de 2008, a annoncé mardi l'Union des industries chimiques (UIC), pour laquelle 2009 se présente comme une année "très difficile".

La chimie fournissant la quasi-totalité des autres secteurs industriels - automobile, construction, sidérurgie et textile - elle reste frappée de plein fouet par l'effondrement de la demande et la priorité donnée par ses clients au déstockage.

La production hexagonale a ainsi reculé de 2,9% en 2008, son plus fort repli sur la dernière décennie, et l'UIC estime que le recul atteindra 20% sur le premier semestre et 7% sur l'ensemble de l'année 2009.

"Les fabricants d'automobiles disent que leur déstockage devrait se terminer vers le mois de mai, on peut espérer une petite reprise technique au moins fin du deuxième trimestre ou début du troisième", a précisé Bernard Chambon, président de l'UIC, au cours d'une conférence de presse, tout en déclarant que le manque persistant de visibilité rend l'exercice des prévisions "très délicat".

Dans ce contexte, le porte-parole des entreprises de la chimie redoute surtout un report des investissements - qui pourrait être de l'ordre de 30% en 2009 - et ses effets néfastes sur la compétitivité.

L'UIC a présenté au gouvernement dix mesures pour faire face à la crise, notamment un plan de 1,3 milliard d'euros qu'elle aimerait voir soutenu directement par les pouvoirs publics afin d'accélérer la transition vers une industrie chimique durable. Elle demande aussi une adaptation du chômage partiel qui lui permettrait d'allonger ce dispositif afin de préserver les emplois et les compétences pendant la crise et être paré lorsque l'activité reprendra.

Elle prône également un accès plus compétitif à l'énergie pour une industrie très dépendante de l'approvisionnement en électricité et en gaz naturel.   Suite...