24 juin 2009 / 16:35 / il y a 8 ans

LEAD1 SOMMET ENERGIE Poweo-Pas de révolution en vue avec Verbund

* Pas de bouleversement en vue dans la stratégie de Poweo

* Objectif dans le renouvelable confirmé

* Prévision 2009 maintenue, 2010 dépendra du développement de la concurrence

par Benjamin Mallet et Marie Maitre

PARIS, 24 juin (Reuters) - Poweo ALPWO.PA ne prévoit pas de bouleversement de sa stratégie avec le renforcement de l‘autrichien Verbund (VERB.VI) dans son capital, a déclaré mercredi Frédéric de Maneville, directeur général délégué en charge du pôle production et négoce du groupe.

La montée de Verbund dans l‘opérateur alternatif d’électricité et de gaz français constitue “plutôt une évolution dans la continuité”, a-t-il déclaré lors d‘un sommet Small & MidCaps sur l’énergie organisé par Reuters. “Ce n‘est pas un changement de nature révolutionnaire pour la stratégie de Poweo.”

Verbund, qui contrôle actuellement 29,8% du capital du groupe français, rachètera la participation de 13,4% détenue par le P-DG du groupe, Charles Beigbeder, une opération qui sera précédée d‘une augmentation de capital de Poweo d‘un montant maximum de 75 millions d‘euros afin de financer ses projets. (Plus de détails [ID:nL2507847])

“Poweo était une start-up dans un monde de grands et le choix du modèle d‘opérateur intégré en 2005 fait que nos besoins de financement sont constants et l‘adossement à un groupe solide comme Verbund est totalement incontournable aujourd‘hui”, a estimé Frédéric de Maneville.

Poweo, qui revendique 340.000 sites clients, dispose actuellement d‘une capacité construite d‘environ 500 Mégawatts, dont 412 MW pour une première centrale de type cycle combiné au gaz naturel (CCGN) située à Pont-sur-Sambre (Nord). Sa mise en service commerciale est prévue “au mois de septembre”, a précisé Frédéric de Maneville.

Avec Verbund, le groupe développe en outre une seconde centrale de puissance identique située à Toul (Meurthe-et-Moselle) dont la mise en service est prévue fin 2011. Parmi le portefeuille de projets en développement, un troisième site, de 800 MW, est entré récemment en phase d’étude approfondie dans le Nord de la France, à Blaringhem.

AMBITIONS DANS L‘HYDRAULIQUE

La centrale de Toul représente un investissement d‘environ 350 millions d‘euros contre 250 millions pour celle de Pont-sur-Sambre.

Frédéric de Maneville a en outre confirmé que le groupe visait un quart de sa production d’électricité d‘origine renouvelable en 2012.

Dans le domaine de l’électricité d‘origine hydraulique, Poweo compte sur le soutien de Verbund - qui exploite plus de 100 barrages - pour participer au renouvellement des concessions en France.

“On n‘a pas encore fixé d‘objectif (...) mais on sera un ‘challenger’ important d‘EDF (EDF.PA) et de GDF Suez GSZ.PA.”

A l‘horizon 2012, l‘Etat français devrait attribuer quelque 1.700 MW de capacités hydro-électriques - selon la direction générale de l’énergie et du climat - mais Poweo juge que le renouvellement des concessions pourrait être élargi.

Le portefeuille total de projets du groupe atteint environ 3.800 MW, dont 2.500 MW dans le thermique et 1.300 MW dans les énergies renouvelables.

Frédéric de Maneville a en outre confirmé les prévisions du groupe pour 2009 mais a souligné que ses objectifs à l‘horizon 2010 dépendraient de la rapidité de la mise en oeuvre des préconisations de la commission Champsaur en faveur d‘une plus grande concurrence dans l’électricité en France. [ID:nLO942265]

RECHERCHE DE PARTENAIRE POUR GAZ DE NORMANDIE

“On a communiqué sur le fait que nous visions un Ebit à zéro sur 2009, ça reste notre objectif, mais (...) on a fait notre budget sur un prix de 60 euros le MW/h. Aujourd‘hui, on est plutôt dans les 55, c‘est encore assez volatile.”

Evoquant l‘objectif d‘1,2 million de clients en gaz et électricité et d‘un milliard d‘euros de ventes à horizon 2010, Frédéric de Maneville a dit : “Cela reste une perspective valable mais, avant de la confirmer, on attend de voir.”

Il a en outre indiqué que Poweo rechercherait bientôt activement un partenaire pour entrer au capital de Gaz de Normandie - la société qui chapeaute le terminal méthanier d‘Antifer - après la sortie d‘E.ON (EONGn.DE), qui lui a cédé 24,5% du capital.

Le terminal d‘Antifer, qui représente un investissement d‘environ 700 millions d‘euros, est aujourd‘hui détenu à 58,5% par Poweo et à 24,5% par Verbund.

Prié de dire si l‘algérien Sonatrach pourrait être un bon candidat dans ce cadre, il a déclaré : “Pourquoi pas ? Tous les opérateurs qui ont du gaz naturel liquéfié à exporter vers Europe sont des ‘prospects’ pour nous (...) mais il n‘y a pas de discussions avancées.”

(Avec la contribution de Florent Le Quintrec et Michel Rose, édité par Jean-Michel Bélot)

* Pour lire d‘autres interviews et dépêches sur le sommet Energie organisé par Reuters à Paris, cliquez sur : [ID:nENERSUM]

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below