February 26, 2009 / 6:43 PM / 8 years ago

LEAD 1 Thales juge le début de l'exercice 2009 "prometteur"

6 MINUTES DE LECTURE

* Le groupe vise une croissance organique de son C.A. comprise entre 3 et 5% cette année et une marge stable ou en légère hausse

* Début d'année "prometteur" selon le P-DG Denis Ranque

* Ouvert à des discussions sur des échanges d'actifs avec Safran le moment venu

* Marge 2008 stable à 6,9%

par Matthias Blamont et Tim Hepher

PARIS, 26 février (Reuters) - Thales (TCFP.PA) a qualifié jeudi de "prometteur" le début de son exercice 2009, même si ses ventes devraient afficher une moindre croissance qu'en 2008, crise oblige.

Le spécialiste de l'électronique de défense, d'aéronautique et de sécurité, qui a dégagé une marge d'exploitation courante de 6,9% en 2008, stable par rapport à celle de 2007 et conforme aux attentes des analystes, anticipe une rentabilité similaire on en légère amélioration cette année et une croissance organique comprise entre 3 et 5%, à comparer à 8% l'an passé.

"Il est clair que la crise que nous traversons est sans précédent. Elle touche tout le monde et Thales serait bien imprudent de considérer qu'il vit à l'écart de cette crise [...] pour autant nous avons des atouts: un bilan solide, un endettement faible et une visibilité représentant deux ans de revenus même si nous serons très vigilants", a déclaré à la presse Denis Ranque, P-DG du groupe.

"Nous sommes capables d'être extrêmement réactifs si nécessaire", a-t-il ajouté, avant d'annoncer que Thales allait déployer de nouvelles mesures d'économies dans le cadre d'un dispositif baptisé "Optimum 2011" et visant 200 millions d'euros par an de synergies à partir de cette date.

Selon le dirigeant, les budgets militaires devraient rester soutenus cette année même si "des inquiétudes persistent" dans la demande pour les satellites et l'aéronautique civile dans le contexte économique actuel.

Denis Ranque a également indiqué être prêt à engager des discussions avec Safran (SAF.PA) au sujet de possibles échanges d'actifs - les deux sociétés sont toutes deux positionnées dans l'optronique et la navigation inertielle - mais insisté sur le fait que ces discussions ne pourraient débuter que lorsque son actionnaire Dassault Aviation (AVMD.PA) aurait concrètement augmenté sa participation.

Carnet De Commandes Record

Thales aborde 2009 avec un actionnaire renforcé à son tour de table, Dassault ayant annoncé fin décembre le rachat d'une part de 20,8% auprès de l'équipementier franco-américain Alcatel-Lucent ALUA.PA, laquelle s'ajoute à un ticket de 5,18% détenu par le holding de contrôle de Dassault.

La transaction, dont la finalisation doit avoir lieu au printemps, totalise 1,57 milliard d'euros et permet au groupe dirigé par Charles Edelstenne de devenir le deuxième actionnaire de référence de Thales derrière l'Etat français, qui contrôle 27% du capital.

Au titre de 2008, Thales a dégagé un résultat d'exploitation courant de 877 millions d'euros, à comparer à 857 millions d'euros en 2007. Le résultat net atteint 650 millions d'euros, contre un milliard, tandis que le chiffre d'affaires marque une progression de 1% (+8% en organique) à 12,66 milliards.

Les 14 analystes du consensus Reuters Estimates anticipaient en moyenne un résultat d'exploitation de 875,77 millions d'euros, un résultat net de 546,8 millions et un chiffre d'affaires de 12,7 milliards.

De son côté, l'entreprise visait une croissance organique de 6% de son chiffre d'affaires et une marge opérationnelle courante d'environ 6,75%. Elle anticipait 7,25% en début d'exercice, avant d'être contrainte d'inscrire au troisième trimestre une provision de 60 millions d'euros relative aux retards de l'A400M, l'avion de transport militaire européen développé par EADS EAD.PA. Une première provision de 20 millions d'euros avait été notifiée début 2008.

Dans un communiqué, Thales indique que son conseil d'administration proposera un dividende de 1,05 euro par action, en hausse de 5%.

Le directeur financier, Patrice Durand, a assuré que l'entreprise disposait de lignes de crédit confirmées et non utilisées de 1,5 milliard d'euros, sans "covenant", et qu'aucun financement n'avait été sollicité auprès d'organes publics.

"Nous nous finançons de manière tout-à-fait classique", a-t-il dit.

La dette nette au 31 décembre 2008 atteignait 456 millions d'euros, contre 291 millions d'euros fin 2007.

Les prises de commandes de Thales ont progressé de 10% l'an dernier à 14,2 milliards d'euros, "un record" selon Denis Ranque. Elles totalisaient 22,9 milliards au 31 décembre.

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below