March 23, 2009 / 3:43 PM / 8 years ago

LEAD 1 MTU a bon espoir de résoudre les problèmes de l'A400M

4 MINUTES DE LECTURE

par Maria Sheahan

MUNICH, 23 mars (Reuters) - Le constructeur allemand de moteurs d'avions au coeur du litige sur les retards du programme A400M a affirmé lundi qu'il avait bon espoir de résoudre les problèmes de l'avion de transport militaire sans toutefois s'engager sur la date de son premier vol.

L'entreprise MTU Aero Engines Holding AG (MTXGn.DE) conçoit le logiciel de propulsion des réacteurs turbopropulseurs (Fadec) de l'appareil. Airbus EAD.PA estime que les difficultés rencontrées dans son développement sont en grande partie responsables des trois à quatre ans de retard accumulés par le programme de quelque 20 milliards d'euros.

"Airbus a demandé à tous ceux qui sont impliqués de respecter le calendrier et chacun travaille dur sur les parties du projet qui les concernent", a déclaré le président du directoire, Egon Behle, lors de la conférence annuelle du groupe.

MTU, qui fabrique des moteurs d'avions civils et militaires, a par ailleurs publié des résultats pour le quatrième trimestre supérieurs aux attentes des analystes, la demande de maintenance des avions civils ayant bien résisté à la crise.

Son résultat ajusté avant charges financières, impôts, dépréciations et amortissements (Ebitda) s'est élevé à 110,7 millions d'euros contre 112,1 millions d'euros un an auparavant alors que les analystes interrogés par Reuters tablaient sur 105 millions.

A 15h30 GMT, l'action MTU était en hausse de 2% à 18,88 euros, alors que l'indice des entreprises allemandes de taille moyenne .MDAXI progressait de 0,8%.

NOUVELLES PROVISIONS JUGÉES PAS NÉCESSAIRES

Behle a estimé que de nouvelles provisions sur le programme A400M, en plus des 44 millions d'euros déjà prévus, n'étaient pas nécessaires.

Il a par ailleurs déclaré qu'il appartenait à Airbus Military, et non à ses fournisseurs, d'annoncer quand aurait lieu le premier vol de l'A400M.

La fabrication des réacteurs de l'avion militaire a été confiée dès le lancement du programme en 2003 à un consortium réunissant notamment le britannique Rolls Royce (RR.L) et Snecma, filiale du français Safran (SAF.PA).

Le moteur a été testé en vol en décembre mais des problèmes restent à régler au niveau du Fadec.

Sept pays ont commandé un total de 18 A400M. Certains comme l'Allemagne et la Grande-Bretagne ont fait part de leur mécontentement face aux retards qui pourraient coûter à Airbus des milliards d'euros de pénalités.

Airbus, comme Boeing, a enregistré davantage d'annulations que de commandes depuis le début de l'année mais le carnet de commandes des deux constructeurs demeure bien rempli.

MTU a dit s'attendre à ce que les compagnies aériennes reportent ou annulent encore des commandes en 2009 et 2010.

"Il va devenir beaucoup plus difficile (en 2009) pour les compagnies aériennes et les sociétés de crédit-bail de financer les appareils", estime l'entreprise allemande qui s'attend à un recul de 20% de son résultat net cette année.

version française Gwénaelle Barzic

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below