23 juillet 2009 / 15:28 / dans 8 ans

LEAD 1 Ford, bénéficiaire, vise le point mort en 2011

* Bénéfice grâce à la restructuration de la dette

* Perte opérationnelle bien inférieure au consensus

* Voit l’équilibre, au moins, en 2011

* Le titre fait un bond à la Bourse de New York

par David Bailey et Soyoung Kim

DETROIT, 23 juillet (Reuters) - Ford Motor (F.N) a annoncé jeudi un bénéfice net trimestriel de 2,3 milliards de dollars, résultant essentiellement d‘une restructuration de la dette, et a dit qu‘il était bien parti pour atteindre au moins l’équilibre en 2011.

L‘action était en forte hausse en matinée à New York, avec un bond de 10,2% à 7,03 dollars.

Ford a également fait état d‘une perte d‘exploitation sur ce deuxième trimestre mais inférieure au consensus, en faisant abstraction d‘un bénéfice exceptionnel de 2,8 milliards de dollars lié, entre autres, aux mesures de réduction de la dette.

La performance de Ford s‘inscrit dans un contexte de récession profonde qui a vu ses concurrents General Motors et Chrysler déposer leur bilan.

Ford s‘attend à ce que l’économie des Etats-Unis entame sa reprise durant le second semestre de cette année. “En dépit d‘un environnement économique vraiment dur, notre plan marche et l‘activité de fond s‘améliore”, a dit à la presse le directeur financier Lewis Booth.

“Nous continuons de bien progresser dans la réduction des coûts et on peut voir maintenant les résultats d‘opérations focalisées sur le cash”, a-t-il ajouté.

Dégager un bénéfice global et en Amérique du Nord en 2011 serait inédit pour Ford depuis 2004.

Le constructeur automobile a dégagé au deuxième trimestre un bénéfice net de 69 cents par action, contre une perte de 3,89 dollars l‘an passé, correspondant à une perte totale de 2,7 milliards de dollars.

La perte des opérations poursuivies et hors exceptionnels se monte à 638 millions de dollars, soit 21 cents par action. Le consensus Reuters Estimates donnait une perte par action de 50 cents sur cette base.

Le chiffre d‘affaires s‘est tassé à 27,2 milliards de dollars contre 38,2 milliards un an auparavant et alors que les analystes attendaient en moyenne 23,39 milliards.

Ford précise que sa trésorerie s‘est creusée d‘un milliard de dollars au deuxième trimestre soit moins qu‘au trimestre précédent où le retrait était de $3,7 milliards, une tendance à l‘atténuation des sorties que le constructeur voit se confirmer tout au long de l‘année.

Il anticipe parallèlement une amélioration du cash flow durant le restant de l‘année et continuera de prendre des dispositions pour donner meilleure allure à son bilan.

DETTE RÉDUITE

“C‘est impressionnant”, dit Erich Merkle (consultant Autoconomy.com). “Les trous de trésorerie sont vraiment rapidement balayés, et bien en avance. Je pense que le retour de Ford au bénéfice se produira bien plus tôt que la plupart ne le pensent”.

Ford a réduit sa dette dans l‘automobile d‘une dizaine de milliards de dollars en bouclant plusieurs transactions début avril. Il a en outre levé $1,6 milliard via une augmentation de capital en mai, utilisant son produit pour financer un fonds d‘assurance maladie pour ses retraités.

L‘activité automobile a terminé le mois de juin sur une trésorerie de $21,0 milliards contre $21,3 milliards à la fin mars. L‘endettement représentait $26,1 milliards à la fin juin contre $32,1 milliards à la fin mars.

Ford a emprunté $23 milliards en 2006, en mettant en garantie la plus grande partie de ses actifs, y compris son logo, pour entreprendre une restructuration tous azimuts. Son endettement se trouve de ce fait beaucoup plus lourd que ceux de GM et de Chrysler sortis de leur situation de dépôt de bilan.

Ford a accumulé des pertes de $30 milliards de 2006 à 2008, dont un déficit record de $14,7 milliards l‘an passé, et avait encore annoncé une perte de $1,43 milliard au premier trimestre.

Malgré tout, et en particulier des ventes sectorielles qui n‘avaient jamais été aussi mauvaises depuis 30 ans, le groupe de Dearborn (Michigan) n‘a pas voulu faire appel à l‘aide publique.

Il restructure ses opérations de construction pour s‘adapter à un marché intérieur qui s‘est rétréci et dont le goût a changé, privilégiant les petites véhicules peu gourmands en essence au détriment des gros 4x4 et des pickups qui étaient source de profit il y a une dizaine d‘année.

Au terme des divers plans de départ volontaire ou de départ en pré-retraite, Ford se retrouve avec 47.000 salariés horaires, un nombre dont il se satisfait.

Ford a vendu bien des actifs pour générer du cash et se receentrer, en particulier ses marques de prestige Aston Martin, Jaguar et Land Rover. Il cherche également preneur pour Volvo, dernier représentant de son écurie du luxe.

version française Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below