LEAD 2 St-Gobain durcit son plan d'économies,confiant pour le S2

jeudi 23 juillet 2009 19h46
 

 * Saint-Gobain a quasi-doublé son plan d'économies face à la
crise
 * Résultat net en chute libre au S1, mais amélioration
attendue au S2
 * Point bas peut-être touché sur les marchés mondiaux du
groupe
 
 (Actualisé avec précisions téléconférence)
 par Gilles Guillaume
 PARIS, 23 juillet (Reuters) - Saint-Gobain (SGOB.PA: Cotation) a
annoncé jeudi un quasi-doublement de son programme de réductions
de coûts face à une crise économique sans précédent qui a fait
chuter de 80,9% son résultat net courant au premier semestre.
 Le numéro un mondial de la production, transformation et
distribution de matériaux de construction estime cependant que
si l'environnement économique restera sans doute encore très
difficile au second semestre, il n'anticipe pas de nouvelle
dégradation.
 "Globalement, dans la majorité des pays, je crois qu'on a
touché un point bas", a souligné le directeur général du groupe,
Pierre-André de Chalendar, au cours d'une téléconférence.
 Saint-Gobain vise ainsi une amélioration de son résultat
d'exploitation et de son résultat net courant au second semestre
par rapport au premier.
 Le résultat net part du groupe a chuté de 88,1% à 128
millions d'euros sur les six premiers mois de l'année, tandis
que le résultat net courant - hors plus-values de cessions,
dépréciations d'actifs et provisions non récurrentes
significatives - a plongé de 80,9% à 210 millions.
 Sept analystes interrogés par Reuters tablaient sur un
bénéfice net courant de 200,6 millions.
 Le résultat d'exploitation a baissé quant à lui de 53,6% et
le chiffre d'affaires de 15,5%.
 
 NOUVELLES REDUCTIONS D'EFFECTIFS ?
 Confronté à une chute de la demande dans la construction et
sur les marchés industriels, notamment en matière de vitrage
automobile, Saint-Gobain a renforcé le plan d'actions annoncé en
début d'année.
 Le groupe a porté à 1,1 milliard d'euros les réductions de
coûts qu'il envisage sur l'ensemble de 2009 - contre 600
millions initialement, objectif déjà relevé à 700 millions - et
porté à 700 millions d'euros sur l'année la réduction des
investissements industriels qu'il compte réaliser, contre un
objectif précédent de -500 millions.
 Interrogé sur les répercussions de ces nouveaux efforts sur
l'emploi, Pierre-André de Chalendar a refusé de donner de
chiffre, répondant simplement qu'il poursuivrait l'adaptation
des capacités opérationnelles déjà engagée.
 Les réductions de coûts passent également par la
mutualisation des achats, les achats dans les pays à bas coûts
et la baisse des frais généraux, a-t-il répondu.
 Saint-Gobain a déjà fermé une cinquantaine d'agences de
distribution dans différents pays d'Europe depuis le début de
l'année.
 Pour renforcer son bilan, le groupe a également lancé au
début de l'année une augmentation de capital de 1,5 milliard
d'euros. Il a aussi gelé ses projets d'acquisitions, qu'il ne
compte pas reprendre cette année, et annoncé mi-juin avoir
refinancé toutes ses échéances 2009-2010.
 A la fin du premier semestre, l'endettement net a été réduit
de 18,2% à 10,9 milliards d'euros, soit un taux d'endettement
sur fonds propres de 66,5%, contre 80% à la fin décembre 2008.
 L'action Saint-Gobain a clôturé jeudi en hausse de 5,21% à
26,67 euros.
 (Édité par Marc Joanny et Jean-Michel Bélot)