October 23, 2008 / 3:52 PM / 9 years ago

LEAD 2 PPR-Fort ralentissement de la croissance organique au T3

4 MINUTES DE LECTURE

par Pascale Denis

PARIS, 23 octobre (Reuters) - Touché par le ralentissement de la conjoncture économique et de la consommation, PPR (PRTP.PA) a vu sa croissance organique fortement reculer au troisième trimestre, ses activités dans le luxe n'étant pas épargnées par l'aggravation de la crise financière.

Les ventes du groupe de distribution et de luxe sont ressorties à 4.941 millions d'euros (+1,7%), en ligne avec la moyenne des prévisions des analystes interrogés par Reuters qui tablaient sur 4.931 millions d'euros.

La croissance organique a ralenti à 1,8%, après 5,1% au deuxième trimestre, 4% au premier et 6,8% un an plus tôt.

Le groupe a cependant confirmé sa prévision de réaliser une "nouvelle année de croissance et d'amélioration de ses performances financières en 2008", grâce aux programmes d'amélioration de sa rentabilité lancés au premier semestre dans l'ensemble de ses filiales, notamment La Redoute [ID:nLL278319].

"Nous tenons compte, dans nos budgets, de la dégradation macroéconomique (...) C'est la raison pour laquelle nous nous focalisons sur les contrôles des coûts et l'amélioration de l'efficacité, y compris dans le luxe", a indiqué le directeur financier du groupe, Jean-François Palus, lors d'une conférence téléphonique.

Il a également indiqué que la situation financière du groupe était solide, qu'aucun refinancement n'était dû avant la fin 2008 et que les échéances de financement 2009 étaient largement couvertes par les lignes de crédits, non tirées et confirmées, totalisant 4,4 milliards d'euros au 30 juin.

Les financements de PPR arrivant à échéance en juin prochain totalisent 3,1 milliards d'euros.

Le Luxe Touche Lui Aussi

Toutes les activité dans le luxe, qui n'est pas épargné par la crise, ont vu leur croissance très nettement ralentir, dans des proportions conformes aux attentes des analystes.

L'ensemble du pôle a enregistré une croissance organique de 8,8% (+9,3% attendus), après 16% au deuxième trimestre.

La seule marque Gucci, principale division du pôle, a vu la sienne reculer à 6,2% (après 11% trois mois plus tôt), un chiffre lui aussi conforme aux attentes, tandis que le maroquinier Bottega Veneta et la maison Yves Saint-Laurent ont maintenu des taux de croissance des ventes à deux chiffres (+10,3% et +27,4% respectivement).

Sans surprise là aussi, l'activité de CFAO (activités de distribution automobile et pharmaceutique en Afrique), qui est ressortie à +14,8% (+14,5% en organique), a permis de compenser une nouvelle contre-performance de la chaîne d'ameublement Conforama, dont les ventes ont poursuivi leur recul (-6,1% et -6,3% en organique) et du pôle de vente à distance RedCats (-1,2% et -5,5% respectivement).

Elle aussi touchée par la baisse de la consommation, la Fnac a vu ses ventes passer dans le rouge au 3e trimestre (-3,2% en réel et de 3,4% en comparable), après une hausse de 3,1% trois mois plus tôt.

L'activité de Puma, le spécialiste d'articles de sport dont PPR détient 68,5% du capital, a quant à elle mieux résisté, signant une croissance organique de 9,2% (+11,2% au 2e trimestre). /PD

Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below