22 mai 2009 / 17:11 / dans 8 ans

HSBC se prépare à une année 2010 difficile, notamment aux USA

* L‘activité de banque d‘investissement dynamique en mai comme en avril

* L‘activité de cartes de crédit aux USA pourrait être “reconsidérée”

* Le rapport sur la rémunération des dirigeants approuvé à 91,2%

par Steve Slater et Victoria Howley

LONDRES, 22 mai (Reuters) - HSBC Holdings (HSBA.L), première banque d‘Europe, a déclaré vendredi que ses marchés devraient rester difficiles pendant la majeure partie de l‘année 2010 et n‘exclut pas de se séparer de sa filiale de cartes de crédit aux Etats-Unis si ses problèmes s‘aggravent.

Lors de l‘assemblée générale annuelle du groupe britannique, ses dirigeants ont expliqué que “les solides tendances d‘activité” de sa division de banque d‘investissement s’étaient maintenues en avril et en mai après un premier trimestre record, mais ils ont averti que les perspectives globales, difficiles à prévoir, devraient rester difficiles pendant un certain temps.

“Le reste de 2009 et probablement une bonne partie de 2010 seront difficiles”, a résumé le directeur général, Michael Geoghegan, devant les actionnaires.

HSBC a jusqu’à présent traversé la crise dans de meilleures conditions que la plupart de ses concurrentes grâce à un bilan solide et aux liquidités dont elle dispose. La plupart des critiques exprimées vendredi par les actionnaires ont porté sur le rachat, en 2003, de la société américaine de crédit à la consommation Household, ainsi que sur la rémunération des dirigeants.

Le rapport annuel sur les rémunérations a toutefois été approuvé à 91,2% des votants.

A la Bourse de Londres, l‘action HSBC a fini la journée en repli de 0,74% alors que l‘indice FTSE 100 .FTSE gagnait 0,46% et que le DJ Stoxx européen du secteur bancaire grapillait 0,06%.

UNE ACQUISITION IMPORTANTE PEU PROBABLE

HSBC a rappelé que ses activités de cartes de crédit aux Etats-Unis avaient dégagé des résultats à l’équilibre au premier trimestre dans des conditions “très défavorables”, ajoutant qu‘elles se heurtaient toujours à des vents contraires financiers et réglementaires.

“Si ceux-ci devenaient trop forts et que nous n’étions plus capables de tirer profit de cette activité (...), nous pourrions avoir à la reconsidérer”, a dit Geoghegan.

Une telle remise en cause ne devrait toutefois pas aboutir à une décision éventuelle avant 18 mois, a-t-il précisé à Reuters après l‘AG.

Environ 36 des quelque 100 millions de porteurs de cartes de crédit du groupe vivent aux Etats-Unis, un marché confronté à la montée du chômage et au durcissement de l‘encadrement des activités et des tarifs des émetteurs, approuvé cette semaine par le Congrès. [ID:nLL393712]

En mars, HSBC avait annoncé vouloir recentrer les activités de HSBC Finance, le nouveau nom d‘Household, sur les seules cartes de crédit.

Evoquant le chapitre de la croissance externe, le président du groupe, Stephen Green, a expliqué que HSBC continuerait à étudier des opportunités d‘acquisitions ciblées mais qu‘une opération de grande ampleur était peu probable.

“Nous ne pensons pas avoir besoin de procéder à des acquisitions importantes”, a-t-il dit en réponse à un actionnaire qui l‘interrogeait sur un éventuel intérêt pour Morgan Stanley (MS.N), UBS UBSN.VX ou l‘assureur britannique Prudential (PRU.L).

Version française Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below