Confronté à des pertes, Toyota se dote d'une direction rajeunie

lundi 22 juin 2009 14h52
 

par Chang-Ran Kim

TOKYO, 22 juin (Reuters) - Akio Toyoda, petit-fils du fondateur du groupe Toyota, s'apprête à en prendre cette semaine la présidence, apparemment sans prévoir des mesures radicales qui lui permettraient d'effacer rapidement les lourdes pertes qu'il subit.

Avec des ventes d'automobile en forte baisse, les usines du numéro un mondial sont largement sous-exploitées. De plus, Toyota assemble la moitié de ses véhicules au Japon, où le cours de la monnaie face au dollar, nettement sous les 100 yens, lui est défavorable.

Les grands rivaux américains en faillite, Chrysler et General Motors, ont fermé des usines, de nombreuses concessions et supprimé des emplois.

Les dirigeants de Toyota ont en revanche assuré avoir l'intention de traverser la crise en gardant intacte la capacité de production, misant sur la reprise future de la demande.

"Il est urgent de compenser les pertes, mais cette entreprise a pour credo d'agir à moyen terme", souligne Tsuyoshi Mochimaru, analyste chez Barclays Capital.

"Ils ne vont pas changer de style au nom d'un avantage à court terme. Je pense que la nouvelle direction va développer la stratégie lancée par la précédente."

Toyota, déjà réputé pour la maîtrise de ses coûts, a choisi de se concentrer sur la formation de ses employés le temps que durera la crise. Le groupe souhaite toutefois réduire encore ses dépenses, dans l'espoir d'être rentable à 70% de sa capacité de production.

  Suite...