July 22, 2009 / 5:35 PM / 8 years ago

SYNTHESE 1 Les laboratoires pharmaceutiques résistent à la crise

4 MINUTES DE LECTURE

* Pfizer et Glaxo battent le consensus

* Les analystes mettent en garde contre les conséquences de la réforme de l'assurance maladie

par Lewis Krauskopf

NEW YORK, 22 juillet (Reuters) - Trois des principaux laboratoires pharmaceutiques mondiaux ont publié mercredi des résultats supérieurs aux attentes tout en faisant état de perspectives encourageantes pour l'ensemble de l'année 2009.

Le britannique GlaxoSmithKline (GSK.L) a fait part d'un bénéfice supérieur au consensus au deuxième trimestre et estime que les ventes de vaccins seront un puissant stimulant au second semestre.

Les chiffres annoncés par ses concurrents américains Pfizer (PFE.N) et Eli Lilly (LLY.N) confirment cette tendance positive pour les groupes pharmaceutiques.

Le premier a fait état d'un bénéfice de 2,26 milliards de dollars et relevé ses projections annuelles, tandis que le deuxième a dégagé un bénéfice net en hausse de 21% à 1,16 milliard, bien supérieur à ce qu'attendaient les analystes, grâce à la croissance de ses ventes de médicaments sur ordonnance. [ID:nLM307364]

"Ce qu'il faut retenir, c'est que les ventes pharmaceutiques restent très solides dans le contexte de ralentissement économique", souligne Damien Conover, analyste de Morningstar.

"Cela confirme à quel point la santé et la pharmacie se montrent résistants dans ce genre de contexte."

Peter Jankovskis d'OakBrook Investments met toutefois en garde contre un excès d'optimisme à l'égard d'un secteur qui pourrait être touché de plein fouet par la réforme de l'assurance maladie aux Etats-Unis, l'un des chantiers que le président Barack Obama avait promis d'ouvrir lors de sa campagne électorale.

L'une des craintes principales concerne l'éventuelle mise en place d'un contrôle sur les prix des médicaments, une mesure qui pourrait obérer les résultats des industriels du secteur.

Nouveaux Produits

Le bénéfice trimestriel de Pfizer s'est certes replié de 19%, notamment en raison des effets de change, mais les investisseurs retiennent avant tout les efforts déployés en vue de la restructuration du groupe et de la maîtrise de ses coûts.

Le premier groupe pharmaceutique mondial a porté sa prévision de bénéfice par action annuel, hors exceptionnels, à $1,90-2,00 contre $1,85-$1,95 auparavant.

Il a fait état d'un bénéfice représentant soit 34 cents par action, contre 41 cents un an auparavant. Hors éléments exceptionnels, le BPA est de 48 cents (consensus Reuters Estimates: 47 cents).

Quant à GlaxoSmithkline, son bénéfice imposable avant restructuration représente 2,27 milliards de livres (2,6 milliards d'euros) au deuxième trimestre, soit un bénéfice par action de 31 pence, en hausse de 15%.

Les analystes anticipaient un BPA de 29,8 pence et un C.A. d'un peu moins de 6,7 milliards de livres. [ID:nLM352296]

Le britannique fait part de son optimisme pour le restant de l'année notamment en raison de la progression des ventes de ses nouveaux produits et de son portefeuille de médicaments contre la grippe, deux éléments qui devraient lui permettre de résister à la hausse des ventes des médicaments génériques et à la perte de brevets.

Eli Lilly mise de son côté sur le lancement de son anticoagulant Effient qui viendra concurrencer le Plavix de Sanofi-Aventis (SASY.PA) et Bristol-Myers Squibb (BMY.N).

Version française Nicolas Delame

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below