August 22, 2008 / 6:43 PM / 9 years ago

Toyota reviendrait sur son objectif de 10 mlns de véhicules

6 MINUTES DE LECTURE

par Chang-Ran Kim

TOKYO, 22 août (Reuters) - Toyota Motor (7203.T) pourrait bien réduire de 5% au moins son objectif de vendre 10,4 millions de véhicules en 2009 et, dans la mesure où l'économie américaine ne donne aucun signe de reprise, son action risque de piétiner non loin d'un plus bas de trois ans.

Touché par une chute de la demande de véhicules gourmands en essence en Amérique du Nord, le premier constructeur automobile mondial a déjà réduit en juillet de 3,7% sa prévision de ventes mondiales pour 2008, la ramenant à 9,5 millions de véhicules.

Des médias japonais ont écrit que Toyota ramènerait son objectif pour 2009 à 9,8 millions de véhicules environ, à l'occasion de son point de presse annuel jeudi prochain.

"Vu l'état des marchés nord-américains et européens, franchement on peut difficilement imaginer une amélioration l'an prochain", dit Kota Yuzawa, analyste de Goldman Sachs.

A contrario, le constructeur automobile le plus rentable au monde sera bien placé lorsque le marasme mondial touchera à sa fin, disent investisseurs et analystes.

"L'économie américaine est faible mais on a le sentiment qu'elle sera la première à se redresser", note Mitsushige Akino (Ichiyoshi Investment Management). "De ce point de vue, les premières valeurs automobiles qui rebondiront seront sans doute celles des entreprises largement présentes en Amérique du Nord, comme Toyota". L'ACTION A LA PEINE

Mais pour les actionnaires, il ne faut pas espérer le redressement rapide d'une action qui a touché un plus bas de près de trois ans ce mois-ci, peu après que le constructeur eut annoncé une baisse de 28% de son bénéfice au premier trimestre.

Au cours de clôture de vendredi de 4.770 yens, l'action reste chère si on la compare à celles d'autres grands constructeurs automobiles et dans ces conditions un rebond paraît difficile à appréhender sans un affaiblissement du yen.

Le PER de Toyota est de 11,6, alors que Daimler (DAIGn.DE), BMW (BMWG.DE), PSA Peugeot Citroën (PEUP.PA), Renault (RENA.PA) et Fiat FIA.MI sont tous autour de 5 à 6.

Tout en restant acheteur sur Toyota, Yuzawa admet qu'on peut difficilement imaginer que l'action Toyota monte tant que les marchés nord-américains et européens continueront de fléchir.

"Le plan de la société prévoit un retournement à la hausse de la production sur le trimestre janvier-mars, mais rien ne dit que la demande ne va pas continuer à baisser", énonce-t-il.

Les ventes de Toyota ont baissé de 7% à la fois aux USA et en Europe au premier semestre de cette année. LA VOIE DE L'HYBRIDE

Pourtant, les analystes sont optimistes quant aux avantages compétitifs de Toyota sur la plupart de ses concurrents. Ils mettent en avant en particulier sa riche trésorerie. Le dernier bénéfice annuel dégagé par Toyota, de l'ordre de 16 milliards de dollars, est à peu près égal aux capitalisations de General Motors (GM.N) et de Ford (F.N) combinées.

Pour mauvaises que soient les conditions en Amérique du Nord, Toyota, qui a mis plusieurs sites en chômage technique pour trois mois jusqu'en novembre en raison d'un mauvais pari sur les gros pickups, a mis rapidement en oeuvre des mesures pour s'adapter à la demande changeante des consommateurs.

Alors que les concurrents GM, Ford et Nissan Motor (7201.T) licencient en Amérique du Nord, Toyota garde ses équipes sur les sites mis entre parenthèses et les forme en vue de répondre aux futurs besoins de la clientèle.

Toyota adapte ses chaînes pour produire plus de petites voitures à succès, comme la Yaris et la Corolla et, à partir de 2010, débutera la construction de l'hybride Prius, au lieu du 4x4 Highlander initialement prévu, dans une usine en construction dans le Mississippi.

"Ce qui est remarquable chez Toyota, c'est qu'il sème en permanence les graines de la croissance à venir", résume Tatsuo Yoshida (UBS).

Avec deux nouveaux véhicules hybrides au moins, dont la Prius de troisième génération, qui doivent être commercialisés en 2009, Toyota veut porter à un millions d'unités les ventes annuelles de ce type de véhicules peu après 2010, ce qui est plus qu'un doublement.

Il développe aussi une voiture compacte et pas chère pour combler un trou dans le segment le plus important du marché des véhicules dans les pays émergent tels que l'Inde et le Brésil et compte en démarrer la production à compter de 2010.

"Nous gardons une appréciation positive du potentiel de croissance induit par les points forts de Toyota dans les technologies environnementales, comme les véhicules hybrides", expliquait Noriyuki Matsushima (NikkoCiti) ce mois-ci dans un rapport.

Le consensus Reuters Estimates des analystes donne pour Toyota un bénéfice net en hausse de 12% à 1.475 milliards de yens (13,55 milliards de dollars) sur l'exercice clos fin mars 2010, montant à 1.600 milliards de yens l'exercice suivant. /WYE

Version française Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below