LEAD 3 Gemalto - Forte hausse des marges, confiance pour 2008

jeudi 21 août 2008 12h43
 

 (Actualisé avec interview du directeur général, cours de
Bourse)
 
 par Cyril Altmeyer
 PARIS, 21 août (Reuters) - Gemalto GTO.PA a annoncé jeudi
des résultats supérieurs aux attentes au premier semestre grâce
au redressement de sa division de transactions sécurisées et à
l'impact des synergies issues de sa restructuration, dans les
deux cas plus précoces que prévu.
 Le directeur général du fabricant de cartes à puces, Olivier
Piou, a déclaré à Reuters que le groupe pourrait envisager le
versement d'un dividende au titre de 2008, pour la première fois
depuis sa création, en juin 2006, tout en précisant qu'il
reviendrait au conseil d'administration d'en décider.
 L'action a accéléré sa hausse dans la matinée, inscrivant un
record de 27,79 euros. Vers 12h30, elle s'adjuge 10,45% à 27,38
euros, portant son gain depuis le début de l'année à 26,7%. Elle
entraîne dans son sillage l'action d'Oberthur Technologies
OCS.PA, qui gagne 3,75%.
 Gemalto a dit prévoir pour 2008 un résultat d'exploitation
aux environs de 160 millions d'euros, quasiment le double de
celui enregistré en 2007, alors qu'Olivier Piou s'était dit en
mai à l'aise avec un consensus des analystes de 135 millions à
l'époque.
 Le groupe a multiplié par 4,6 le résultat d'exploitation à
69 millions d'euros au premier semestre, contre 43 millions
attendus par les analystes interrogés par Reuters, tandis que
son résultat net ressort à 63 millions contre 25 millions un an
plus tôt.
 Gemalto a également confirmé viser une marge d'exploitation
ajustée de 10% en 2009, à comparer à un rythme de 8,8% au
premier semestre. La marge semestrielle progresse de 6,2 points
sur un an grâce aux synergies liées à la fusion entre Axalto et
Gemplus en juin 2006 et aux efforts de restructuration du
groupe.
 
 REDRESSEMENT DES TRANSACTIONS SECURISEES
 Le groupe a en outre réaffirmé qu'il visait une croissance
de 8 à 12% de son chiffre d'affaires en 2008 et à long terme.
 "Il y a eu peu d'impact du ralentissement économique de la
consommation sur le business de cartes à puces, ce qui est
plutôt rassurant", a déclaré Sebastien Sztabowic, analyste chez
Landsbanki Kepler.
 Au premier semestre, le chiffre d'affaires ressort en hausse
de 4,1% à 791 millions d'euros, légèrement en deçà du consensus
(797 millions), soit un rythme de croissance de 10% à taux de
change de constant, soutenu par la progression de ses trois
principales divisions.
 "Les perturbations des marchés financiers mondiaux n'ont à
ce jour pas d'effet matériel sur les activités du groupe, hormis
le taux de change moyen entre l'euro et les autres devises", a
expliqué le groupe dans un communiqué.
 La marge brute de Gemalto a progressé de 5,5 points au
premier semestre à 34,7%.
 "La très bonne surprise vient des transactions sécurisées
qui ont bénéficié de très bons mix géographique et mix produits
combinés à des restructurations", a observé Vincent Rech,
analyste chez SG Securities.
 La restructuration du pôle de transactions sécurisées,
deuxième division du groupe, a porté ses fruits : elle a vu sa
marge brute progresser de 11 points à 28,1%, également à la
faveur d'une amélioration du mix produits et du mix
géographique.
 Gemalto a également bénéficié d'un bond de 6,2 points de la
marge brute à 40,7% de la téléphonie mobile, qui représente plus
de la moitié du chiffre d'affaires, à la faveur de solides gains
de productivité dans la fabrication et d'une plus grande
efficacité dans les approvisionnements.
 
 CROISSANCE EXTERNE POSSIBLE
 La division Sécurité (passeports, cartes d'identité...),
affiche un chiffre d'affaires en progression de 16,0% à 101,2
millions d'euros, grâce au développement des programmes
gouvernementaux et de la gestion de l'accès et de l'identité.
Mais elle accuse un recul de sa marge brute, en baisse de 10,1
points à 37,8%, en raison d'une moindre contribution des
brevets.
 Gemalto affiche une trésorerie nette de 322 millions d'euros
au premier semestre contre 291 millions un an plus tôt.
 "Maintenant qu'on a bien travaillé sur notre propre
activité, on a la possibilité de faire de la croissance
externe", a indiqué Olivier Piou, mentionnant les zones en forte
croissance que sont l'Asie, l'Amérique du Sud et l'Afrique.
 Même s'il a estimé que Gemalto disposait des activités
nécessaires en Europe et en Amérique du Nord, il a noté que la
faiblesse du dollar pouvait entraîner des opportunités d'achat.
/CA
 Pour accéder à l'interview d'Olivier Piou : [IDn:LL694413]
 Pour accéder au tableau des résultats: [ID:WEA6608]
 (Edité par Benjamin Mallet)