21 octobre 2009 / 12:40 / dans 8 ans

LEAD 3 Morgan Stanley bénéficiaire grâce au trading au T3

* BPA supérieur au consensus après 3 trimestres de pertes

* L‘action en nette hausse à Wall Street

* $5 milliards provisionnés pour les bonus au T3

par Steve Eder

NEW YORK, 21 octobre (Reuters) - De solides résultats dans l‘obligataire et le trading et une embellie dans la banque d‘investissement ont permis à Morgan Stanley (MS.N) de rompre avec trois trimestres consécutifs de pertes.

L’établissement new-yorkais a dégagé au troisième trimestre un bénéfice net part du groupe de 498 millions de dollars, soit 38 cents par action. Les analystes financiers anticipaient en moyenne un bénéfice par action de 27 cents selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

Sur la même période l‘an dernier, Morgan Stanley avait réalisé un bénéfice de 7,7 milliards, soit 7,38 dollars par action, grâce à des bénéfices comptables exceptionnels liés à la dépréciation de certains engagements au sein du portefeuille de la banque.

Le produit net bancaire consolidé représente 8,7 milliards de dollars sur le trimestre.

Echaudée par le maelstrom financier qui a englouti Lehman Brothers, la banque a mis freiné la prise de risque et adopté une attitude plus prudente, tout en développant son activité de courtage.

Le directeur général adjoint James Gorman doit succéder au début de l‘an prochain à l‘actuel directeur général John Mack, auquel la banque doit, aux yeux du marché, d‘avoir survécu aux heures les plus noires de la crise mais qui se voit reprocher d‘avoir mal géré le risque.

Pour le directeur financier Colm Kelleher, les comptes du troisième trimestre confirment l‘efficacité de la stratégie de la banque. Le rebond est essentiellement imputable au trading, un segment risqué dans lequel Morgan Stanley a embauché des centaines de personnes ces derniers mois.

COMPARAISON DIFFICILE AVEC GOLDMAN

La banque a accru son exposition quotidienne au risque durant le troisième trimestre, particulièrement sur le marché des changes.

Elle avait souffert de la comparaison avec Goldman Sachs (GS.N) durant l‘année écoulée, cette dernière ayant publié la semaine passée un bénéfice de trois milliards de dollars consacrant à nouveau un brillant trimestre.

Face à Goldman, la direction de Morgan Stanley a décidé de jouer la carte de la patience, renforçant ses effectifs de trading et intégrant la coentreprise avec Smith Barney pour créer la première société de courtage au monde.

La division de gestion de fortune Global Wealth Management, bien plus importante qu‘il y a un an en raison du rachat de Smith Barney à Citigroup, a dégagé un bénéfice imposable de 280 millions de dollars alors qu‘elle était déficitaire voici un an, mais ce résultat ne pèse pas lourd face à la banque d‘investissement.

“Au moins, sur ce trimestre, la stratégie de la direction et le ‘business model’ marchent, ce qui se voit dans le cours de l‘action”, dit Michael Holland (Holland & Co). “On peut pas préjuger de l‘avenir pour ce ‘business model’ mais sur ce trimestre, c‘est une très bonne performance”.

Les résultats du troisième trimestre tiennent compte d‘une perte de 900 millions, soit 36 cents par action, relative aux spreads de crédit liés à la dette de la banque. Au deuxième trimestre, la banque avait inscrit une perte de $2,3 milliards pour le même motif. Morgan Stanley mis de côté environ cinq milliards de dollars pour les primes de fin d‘année durant le troisième trimestre, soit un total de $10,9 milliards depuis le début de l‘année, à comparer aux quelques $17 milliards de Goldman Sachs.

La banque tente de remettre à flot sa division de gestion d‘actifs, qui a subi des pertes de $2,64 milliards en 2008 et au premier semestre 2009. Ce n‘est que l‘une des lourdes tâches qui attendent James Gorman. Il doit également intégrer le courtage aux particuliers avec Smith Barney.

Le directeur financier Colm Kelleher a assuré que cette intégration se passaot bien et dans les temps mais Brad Hintz, analyste de Sanford C. Bernstein, estime qu‘elle reste “un vrai défi”, qui pourrait prendre des années et qui demeure un souci permanent pour les investisseurs.

“Ils veulent du concret, savoir quand ça fonctionnera”, dit-il.

L‘action Morgan Stanley gagnait 6,37% à 34,59 dollars en fin de matinée à la Bourse de New York. (Version française Marc Angrand et Wilfrid Exbrayat)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below