Swedbank voit le bout du tunnel après une nouvelle perte au T3

mardi 20 octobre 2009 11h48
 

STOCKHOLM, 20 octobre (Reuters) - La banque suédoise Swedbank (SWEDa.ST: Cotation) a fait état mardi d'une troisième perte trimestrielle consécutive, tout en assurant entrevoir le bout du tunnel à la faveur d'une baisse des mauvaises créances dans la région baltique, particulièrement frappée par la crise économique.

La perte nette de la banque nordique, à 2,6 milliards de couronnes suédoises (250,5 millions d'euros), est plus marquée que celle de 2,2 milliards attendue par les analystes, mais les investisseurs se sont montrés soulagés de l'amélioration des perspectives de Swedbank, le premier prêteur dans les pays baltes.

Vers 9h45 GMT, le titre Swedbank avançait de 2,29% à 67,00 euros alors que l'indice regroupant les valeurs bancaires européennes reculait de 0,34%.

"Ce trimestre a constitué la fin de la première étape de notre parcours vers le retour à la croissance", a dit à des journalistes Michael Wolf, directeur général de la banque.

Les pertes sur créances mauvaises et douteuses se sont établies à 6,1 milliards de couronnes, un chiffre conforme aux attentes et en amélioration par rapport aux 6,7 milliards du deuxième trimestre.

L'essentiel des provisions prises par Swedbank sont liées aux pays baltes, qui pesaient à hauteur de quelque 15% des prêts totaux de la banque à la fin septembre.

Swedbank a également passé des provisions sur la moitié de ses créances en Ukraine, tout en soulignant que, là aussi, les choses s'amélioraient.

Michael Wolf n'a pas voulu dire quand Swedbank serait en mesure de cesser de passer des provisions pour mauvaises créances ni si le quatrième trimestre se solderait par une nouvelle perte.

Malgré quelques signes rassurants sur la santé économique des pays baltes, les analystent craignent toujours que la Lettonie ne déclenche une vague de dévaluations monétaires dans la région.

En août dernier, Swedbank avait annoncé sa deuxième augmentation de capital de l'année pour calmer les craintes des investisseurs au sujet de son exposition aux pays baltes. [ID:nLH422151]

(Mia Shanley et Sven Nordenstam, version française Benoit Van Overstraeten)