20 janvier 2009 / 10:44 / il y a 9 ans

Léger mieux dans la trésorerie des entreprises françaises /AFTE

PARIS, 20 janvier (Reuters) - La situation de trésorerie des entreprises françaises a connu un léger mieux en janvier, selon l'Association française des trésoriers d'entreprise (AFTE).

Publié mardi, le baromètre mensuel AFTE-Rexecode sur la trésorerie des entreprises fait état d'une stabilisation du solde d'opinion sur la situation de trésorerie d'exploitation des grandes entreprises, à -25,3 après un plus bas historique de -25,8 (révisé de -26,0) en décembre.

Ce solde mesure l'écart entre le pourcentage de réponses "aisée" et le pourcentage de réponses "difficile" concernant la situation de la trésorerie de 213 entreprises interrogées entre le 9 et le 15 janvier.

Le solde d'opinion sur l'évolution de la trésorerie globale (écart entre les réponses "améliorée" ou "dégradée") remonte quant à lui à -17,3 contre -26,0 en décembre, revenant à son niveau d'avant le stress financier occassionné par la faillite de la banque américaine Lehman Brothers en septembre.

L'enquête montre en outre, pour le deuxième mois consécutif, une baisse de l'opinion sur les marges payées sur les crédits bancaires et une nette amélioration des délais de paiement.

Pour Richard Cordero, délégué général de l'AFTE, ces résultats constituent une bonne surprise mais demandent confirmation.

"La dégradation paraît stoppée, maintenant il faut attendre les mois suivants pour voir si on va se maintenir sur ces niveaux bas ou si on repart de manière plus positive," a-t-il déclaré à Reuters.

Le solde d'opinion relatif aux marges payées sur les crédits bancaires a reculé de 5,5 points à 49,5, portant sa baisse à 10 points sur deux mois puisqu'il avait culminé à 59,5 en novembre.

Le solde d'opinion sur les difficultés de recherche de financements est également en amélioration, passant de -58,1 en décembre à -52,7 en janvier.

Le solde relatif à l'évolution des délais de paiement diminue quant à lui de 38,6 en décembre à 26,6 en janvier, retrouvant ses niveaux de l'été 2008.

Ce revirement reflète peut-être l'entrée en vigueur, le 1er janvier, de la loi de modernisation de l'économie qui réduit les délais de paiement autorisés et prévoit dans certains cas des pénalités, observe l'AFTE.

L'enquête mensuelle de l'AFTE et Rexecode montre aussi que le solde d'opinion sur l'influence du taux de change euro-dollar est redevenu positif en janvier pour la première fois depuis janvier 2006, en corrélation avec la dépréciation de l'euro. (Véronique Tison, édité par Gilles Trequesser)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below