RBS et Citigroup ont annulé des commandes de jets privés

jeudi 19 mars 2009 12h55
 

PARIS, 19 mars (Reuters) - Royal Bank of Scotland (RBS.L: Cotation) et Citigroup (C.N: Cotation) ont annulé des commandes d'avions d'affaires Falcon destinées à leur direction, a annoncé jeudi Dassault Aviation (AVMD.PA: Cotation).

La crise financière a freiné la demande pour les avions d'affaires ces derniers mois. Outre-Atlantique, l'utilisation de jets privés par des P-DG de groupes automobiles en difficulté pour aller solliciter des fonds publics auprès de Washington a suscité l'indignation de l'opinion publique et de l'administration Obama.

Le P-DG de Dassault Aviation, Charles Edelstenne, a affirmé au cours d'une conférence de presse consacrée aux résultats annuels de l'entreprise [ID:nLI606814] que "plusieurs clients prestigieux comme Citibank et Royal Bank of Scotland avaient annulé des commandes." RBS (RBS.L: Cotation) a terminé l'exercice 2008 sur une perte record de 24 milliards de livres (25,5 milliards d'euros) et pourrait voir l'Etat britannique monter dans son capital à hauteur de 95%. Les indemnités de départ de son ancien dirigeant, Fred Goodwin, font l'objet d'une vive polémique.

La banque avait commandé il y a près de cinq ans un Falcon 7X, appareil estimé entre 40 et 45 millions de dollars (29,6 à 33,2 millions d'euros) au prix catalogue, qui devait être livré cette année.

Olivier Villa, directeur général en charge des avions civils chez Dassault Aviation, a précisé à Reuters que cette commande, "à l'intention de la direction", avait été annulée fin 2008.

Le dirigeant a ajouté que Citigroup, également en grande difficulté financière ces derniers mois, avait annulé une commande portant sur trois exemplaires du 7X à peu près au même moment.

(Tim Hepher, Matthias Blamont, édité par Jean-Michel Bélot)