19 mai 2009 / 07:00 / il y a 8 ans

Bank of Ireland-Créances douteuses en hausse, bénéfice en baisse

DUBLIN, 19 mai (Reuters) - Bank of Ireland BKIR.I a fait état mardi d'une chute de 80% de son bénéfice courant annuel par action et relevé ses prévisions de charges pour créances douteuses à six milliards d'euros sur trois ans.

La capacité de la première banque d'Irlande par les actifs à préserver son indépendance est toujours en doute en raison de son exposition au marché de l'immobilier commercial, touché de plein fouet par la crise.

Il y a trois mois, le groupe estimait ses charges liées aux créances douteuses à 4,5 milliards d'euros pour les trois ans à mars 2011, mais il avait averti que ce montant risquait d'augmenter de 1,5 milliard. Il a réitéré mardi cet avertissement, sans chiffrer le montant d'un éventuel relèvement supplémentaire.

Le président de la banque, Richard Burrows, doit quitter son poste après l'assemblée générale de juillet prochain.

"La responsabilité de ces pertes doit être assumée au sommet", déclare-t--il dans le communiqué accompagnant les résultats.

Bank of Ireland s'attend en outre à ce que l'exercice financier à mars 2010 reste difficile en raison de la récession.

"Nous nous attendons à une baisse des nouvelles affaires, une hausse des charges de dépréciation et une pression accrue sur les spreads", explique la banque dans son communiqué.

Sur l'exercice clos fin mars, son bénéfice par action (BPA) courant est tombé à 30,2 centimes d'euro, contre 150,3 centimes l'année précédente, après une charge pour créances douteuses de 1,4 milliard d'euros.

Onze analystes financiers anticipaient en moyenne un BPA courant de 20 centimes selon Reuters Knowledge.

La banque a publié une perte avant impôt de sept millions d'euros, à comparer à un bénéfice imposable de 1,9 milliard sur 2008-2009.

L'Etat irlandais a injecté 3,5 milliards d'euros dans le groupe en acquérant des actions préférentielles représentant une participation indirecte de 25%.

Le gouvernement de Dublin a averti que l'Etat pourrait devoir prendre la majorité de Bank of Ireland et de sa concurrente Allied Irish Banks (ALBK.I) après la création d'une "bad bank" chargée de délester le secteur de ses actifs immobiliers à risque.

Carmel Crimmins, version française Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below