18 février 2009 / 06:34 / il y a 9 ans

LEAD 3 Atos-Hausse de 50-100 pdb de la marge 2009, baisse du CA

* Marge opérationnelle de 4,8% en 2008, conforme aux attentes

* Pas de dividende au titre de 2008

* Vise une amélioration de 50-100 pdb de la marge et attend une baisse d'environ 2% du C.A. en 2009

par Cyril Altmeyer

PARIS, 18 février (Reuters) - Atos Origin (ATOS.PA) a annoncé mercredi viser une amélioration de 50 à 100 points de base de sa marge opérationnelle en 2009 comparé aux 4,8% de l'exercice 2008, au titre duquel il a décidé de ne pas verser de dividende.

Le nouveau président de la SSII, Thierry Breton, qui présentait également son plan d'amélioration de la productivité du groupe, a dit lors d'une conférence de presse s'attendre à une baisse de 2% du chiffre d'affaires en 2009. Il a qualifié cet objectif de "conservateur", mettant en avant un carnet de commandes représentant 58% du chiffre d'affaires au 1er janvier 2009, contre 55% un an plus tôt.

L'action perd 4,35% à 19,23 euros vers 12h45, accusant la plus forte baisse de l'indice paneuropéen des technologiques .SX8P, en recul de 0,4% à la même heure.

"Toutes les activités ont enregistré une baisse de la marge. Sans les réductions massives des coûts centraux, cela aurait été bien pire", a constaté un analyste, notant également que beaucoup de SSII signent des contrats à plus faible rentabilité pour maintenir leurs ingénieurs en activité.

La marge s'est dégradée de 0,5 point dans chacune des trois divisions du groupe. Mais elle s'est améliorée dans l'ensemble, passant de 4,5% à 4,8%, à la faveur d'un impact de 1,5 point lié aux coûts centraux, dont le directeur financier Michel Alain Proch a précisé qu'il resterait à ce niveau en 2009.

La marge opérationnelle de 2008 d'Atos ressort à 261 millions d'euros, hors cessions de ses activités en Italie et des activités de Bourse d'AEMS, à comparer à un consensus de 266 millions. Son chiffre d'affaires ressort à 5,479 milliards, avec une croissance organique de 5,6%.

Dans l'infogérance, première division du groupe avec un chiffre d'affaires de 2,928 milliards en 2008, la marge s'établit à 8,2%. Le directeur financier a précisé qu'elle était "au-dessus de 15%" chez Atos Worldline (paiements, relations clients), pour laquelle Atos avait rejeté en septembre 2008 une offre du fonds britannique Candover (CDI.L), évaluée à l'époque par la presse à 1,6 milliard d'euros.

ATOS GÉRÉ SUR UNE BASE DE SIX MOIS

Le groupe a dit viser un maintien de la marge, au premier semestre, au niveau de 4,5% de la période correspondante de 2008, avant une montée en puissance au second semestre.

"Nous estimons qu'Atos a un retard de marge opérationnelle et l'objectif du plan est de rattraper ce retard à l'horizon 2011", a déclaré Thierry Breton.

Capgemini (CAPP.PA) et Sopra (SOPR.PA) ont annoncé en 2008 des marges respectives de 8,5% et 8,8%.

Nommé le 16 novembre en remplacement de Philippe Germond, Thierry Breton a annoncé le démarrage immédiat de son programme baptisé TOP (Top Operational Performance), qui vise à rendre le groupe mieux intégré et plus réactif. "Atos est désormais géré sur une base de six mois", a-t-il expliqué.

Les actionnaires ont entériné mardi dernier lors d'une assemblée générale mixte une simplification de la gouvernance, avec l'adoption d'un conseil d'administration avec un PDG au lieu d'un directoire.

"La réaction du marché va dépendre de la capacité de Thierry Breton à convaincre les investisseurs que son plan peut réussir là où les précédents ont échoué", a dit un analyste.

La SSII, qui a conclu en mai 2008 un accord avec les deux fonds activistes Pardus et Centaurus après plusieurs mois de conflit, avait dévoilé fin octobre des cessions d'actifs de 250 à 500 millions d'euros, dans le cadre d'un plan stratégique visant à se recentrer sur ses offres distinctives.

Atos a réduit sa dette nette de 34 millions d'euros à 304 millions d'euros fin 2008. Le groupe se fixe pour objectif de générer en 2009 un cash flow positif provenant d'une amélioration de l'excédent brut opérationnel (OMDA) et d'un strict contrôle des investissements.

Thierry Breton a déclaré que le budget 2009 incluait environ 150 millions d'euros de coûts d'intégration et qu'Atos porterait le nombre de ses emplois "offshore" (dans les pays émergents) de 4.500 en 2008 à 5.500 en 2009.

Il a également dit que le groupe restait intéressé par le spécialiste italien de paiements électroniques SIA-SSB, pour lequel le groupe a été présélectionné parmi sept candidats, mais "pas à n'importe quel prix".

Atos avait payé au titre de 2007 le premier dividende de son histoire, à 0,40 euro. En 2008, le résultat net part du groupe a été divisé par deux à 23 millions d'euros sous le coup de frais financiers et d'une charge d'impôt.

Cyril Altmeyer, édité par Benjamin Mallet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below