USA - Le pessimisme monte chez les patrons de l'industrie/étude

mardi 18 novembre 2008 16h07
 

NEW YORK, 18 novembre (Reuters) - Les chefs d'entreprise de l'industrie américaine sont de plus en plus pessimistes concernant la situation de l'économie aux Etats-Unis et dans le monde mais la plupart anticipent une hausse de leur chiffre d'affaires sur les 12 prochains mois.

Selon une enquête menée par PricewaterhouseCoopers et publiée mardi, 66% des dirigeants de grandes entreprises industrielles se déclarent pessimistes concernant les perspectives de l'économie américaine l'année prochaine. Ils étaient 52% dans les études des deux précédents trimestres.

Ils sont par ailleurs 28% à juger les perspectives pour l'année prochaine "incertaines" et 6% des dirigeants interrogés se déclarent optimistes.

Concernant l'évolution de l'économie mondiale l'année prochaine, 63% se disent pessimistes, soit plus du double par rapport au précédent sondage réalisé il y a trois mois.

Un plus grand nombre de sondés s'inquiètent de l'insuffisance de la demande et de la baisse de rentabilité et évoquent aussi les taux d'intérêt et les contraintes en fonds propres comme obstacles à la croissance. Ils sont en revanche moins nombreux à évoquer les prix de l'énergie et les taux de change.

Une majorité des personnes interrogées (54%) anticipent cependant un chiffre d'affaires en hausse l'année prochaine, mais évaluent à 2,8% la hausse des ventes attendue, contre 3,7% il y a trois mois et 5,4% il y a un an.

Plus d'un tiers des sondés s'attendent en revanche à voir les ventes stagner voire diminuer.

La plupart des chefs d'entreprise déclarent que leurs usines fonctionnent aux trois-quarts de leur capacité et font état d'une augmentation de leurs stocks.

Environ 64% d'entre eux prévoient toujours d'augmenter leurs investissements l'année prochaine mais ils étaient 77% au précédent trimestre.

L'étude a été menée de la mi-août à fin septembre auprès de 50 dirigeants dans des entreprises ayant une capitalisation moyenne de 5,9 milliards de dollars (4,6 milliards d'euros) et auprès de 103 patrons dans d'autres secteurs à titre de comparaison.

/GWB (Nick Zieminski, version française Gwénaelle Barzic)