Prisa baisse les salaires, gèle les dividendes, le titre baisse

jeudi 18 juin 2009 17h39
 

MADRID, 18 juin (Reuters) - Le groupe espagnol de médias Prisa (PRS.MC: Cotation), lourdement endetté, va demander à son personnel d'accepter des baisses de salaires et va suspendre les dividendes sans doute jusqu'en 2011 dans le cadre de sa restructuration, a déclaré jeudi son directeur général.

Juan Luis Cebrian, lors de l'assemblée générale annuelle des actionnaires, n'a pas exclu une augmentation de capital. Le groupe va aussi intensifier ses efforts pour trouver des partenariats.

Prisa va proposer à ses salariés qui gagnent plus de 100.000 euros par an d'accepter des baisses de rémunérations de 8%, a dit Cebrian.

"Nous voulons aussi négocier avec les représentants syndicaux des baisses similaires en échange d'une réduction des heures" de travail pour les autres catégories de personnel, a-t-il ajouté.

La dette de Prisa est d'environ 5 milliards d'euros et le groupe réfléchit à des mesures telles que des cessions d'actifs et une émission d'actions pour réduire ses emprunts.

Le titre a abandonné 5,64% à 3,180 euros jeudi à la suite de ces informations.

En décembre, les actionnaires de Prisa avaient approuvé une recapitalisation à hauteur de deux milliards d'euros.

Depuis, Prisa a prolongé jusqu'à l'an prochain un prêt-relais de deux milliards d'euros.

La dette courante représente environ six fois le résultat d'exploitation (Ebitda). Une des conditions de la prorogation du prêt-relais était la suspension du versement des dividendes jusqu'à ce que le niveau de la dette soit retombé à 3,5 fois l'Ebitda. Ce niveau ne sera pas atteint avant 2010 ou, plus vraisemblablement en 2011, a indiqué Cebrian.