LEAD 1 Merck - Bénéfice brut en baisse de 29% au T4

mercredi 18 février 2009 09h26
 

DARMSTADT, Allemagne, 18 février (Reuters) - Merck KGaA a fait état mercredi d'une baisse de son bénéfice brut plus forte que prévu et affirme qu'il lui est impossible de donner des prévisions pour 2009 en raison de la chute de la demande de téléviseurs et de moniteurs pour PC.

Le groupe chimique et pharmaceutique allemand évoque aussi les complexités de l'environnement économique du moment, sans précédent, pour s'abstenir de livrer des projections.

Le bénéfice brut d'exploitation, s'entendant hors dépréciations et coûts d'intégration du suisse Serono acheté en 2007, a chuté de 29% à 306 millions d'euros, alors que 12 analystes par Reuters donnaient 421 millions d'euros. Lors des trois derniers mois de 2007, le solde était de 430,9 millions d'euros.

Le chiffre d'affaires a progressé de 5,4% à 1,9 milliard d'euros, légèrement mieux que le consensus qui anticipait 1,87 milliard.

La marge d'Ebit 2008 sur les ventes de cristaux liquides, élément chimique central de la fabrication d'écrans plats, a chuté à 44,6% contre 53,1% lors de l'exercice précédent.

Merck est le leader mondial des cristaux liquides et projetait auparavant une marge de 47 à 48% pour ce segment, qui représente le tiers environ du résultat d'exploitation et est la vache à lait du groupe.

Les deux premiers fabricants mondiaux d'écrans plats, les coréens Samsung Electronics (005930.KS: Cotation) et LG Display (034220.KS: Cotation), ont été déficitaires trimestriellement, la crise économique grevant les achats de matériel électronique.

Merck a inscrit pour 400 millions d'euros de charges exceptionnelles, liée pour partie au Raptiva, un traitement du psoriasis. Les anticipations pour les ventes de ce médicament, prises en compte dans le prix d'achat de Serono, ont été mises à mal par des cas d'effets secondaires mortels.

Cela a débouché sur une perte nette trimestrielle de 279,5 millions d'euros pour le groupe contre un bénéfice net de 3,39 milliards d'euros un an auparavant, lequel avait été gonflé par une plus-value de cession des génériques.   Suite...