Heineken - Bénéfice d'exploitation 2008 inférieur au consensus

mercredi 18 février 2009 09h42
 

BRUXELLES, 18 février (Reuters) - Heineken (HEIN.AS: Cotation), troisième brasseur mondial, a fait état mercredi d'une hausse de 11% de son bénéfice d'exploitation en 2008, inférieur au consensus, et annoncé qu'il diminuerait ses investissements en 2009, tout en présentant un nouveau plan de réduction des coûts.

Le groupe néerlandais, qui vend sa propre marque et l'Amstel, a indiqué mercredi que son bénéfice imposable avant intérêts et hors exceptionnels (Ebit) avait atteint 1,93 milliard d'euros, alors que les 13 analystes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur 1,98 milliard d'euros.

Le chiffre d'affaires a crû de 27%, ou de 7,4% à périmètre compatarable, à 14,32 milliards d'euros contre un consensus de 14,13 milliards.

Le bénéfice net a chuté de 9,5% à 1,01 milliard d'euros contre 1,10 milliard attendu par les marchés.

Heineken anticipait une hausse du bénéfice net de l'ordre de 5%, à périmètre compatable, après une criossance de 5,3% au premier semestre. Pour l'exercice annuel, il projetait 11%.

"Des circonstances économiques exceptionnelles nous ont incité à réduire le montant de notre survaleur en Russie, nos investissemens en Inde et que avoirs dans les pubs au Royaume-Uni", explique le directeur général Jean-François van Boxmeer, qui précise qu'Heineken réduira le nombre de ses pubs en Grande-Bretagne.

Carlsberg et Heineken avaient lancé en janvier 2008 une OPA commune de 7,8 milliards de livres (8,8 milliards d'euros) en cash sur Scottish & Newcastle (S&N) aboutissant à l'éclatement du brasseur britannique.

Selon l'accord passé entre Carlsberg et Heineken, le premier a repris la participation de 50% de S&N dans le russe BBH, ainsi que les intérêts de S&N en France, en Grèce, en Chine et au Viêtnam tandis que le second a hérité des activités britanniques de S&N ainsi que celles situées en Belgique, au Portugal, en Irlande, aux Etats-Unis et en Inde.

Heineken indique mercredi qu'il reste prudent quant à l'année 2009 et précise qu'il mettra l'accent sur la réduction de sa dette via des initiatives permettant de générer de la trésorerie. Ses dépenses d'investissements seront réduite de 400 millions d'euros par rapport à celles de 2008.   Suite...