17 juillet 2009 / 19:33 / il y a 8 ans

SYNTHESE Les banques US sonnent l'alarme sur le crédit conso

* Goldman Sachs, JPMorgan, Citigroup et Bank of America ont publié cette semaine leurs résultats du 2e trimestre

* Les performances affichées dopées par les activités de courtage

* Pertes accrues sur les cartes de crédit et le crédit hypothécaire

* Les activités de banque commerciale affectées par la récession

* Wall Street réagit prudemment

NEW YORK, 17 juillet (Reuters) - Bank of America (BAC.N), plus grand groupe bancaire des Etats-Unis, et Citigroup (C.N), numéro trois, ont publié vendredi des résultats trimestriels marqués par une nette détérioration de la qualité du crédit à la consommation.

Les banques américaines, convalescentes après deux années de crise financière, subissent donc désormais les effets de la récession mondiale, qui pèse sur leur rétablissement.

Bank of America et Citigroup ont chacune reçu 45 milliards de dollars d'aide publique.

Les deux établissements ont fait état d'une forte augmentation des défauts de paiement dans les cartes de crédit à la consommation et ont prévu que la situation s'aggravera encore.

Leurs résultats du deuxième trimestre montrent aussi qu'il faudra du temps pour effacer de leurs bilans les effets les plus néfastes des créances douteuses dans le segment du crédit hypothécaire.

Les résultats des deux banques contrastent avec les performances affichées mardi et jeudi par leurs deux grandes rivales de Wall Street, Goldman Sachs Group (GS.N) et JPMorgan Chase (JPM.N), dont les activités de courtage, grâce au rebond des marchés boursiers, ont dopé les bénéfices du deuxième trimestre.

JPMorgan Chase a cependant vu ses pertes sur créances plus que doublées sur un an et la hausse de 36% de son bénéfice trimestriel est essentiellement imputable à ses activités de banque d'investissement, avec des commissions record.

Ces performances en trompe-l'oeil des quatre grandes banques new-yorkaises expliquent la réaction prudente des investisseurs à Wall Street.

En milieu d'après-midi à New York, l'action Citigroup était quasiment étale, tandis que celle de BofA perdait 2%.

Goldman Sachs cédait 0,4%. En revanche, le titre de JPMorgan, la deuxième banque des Etats-Unis dont les bénéfices dans la banque d'investissement ont plus que triplé au deuxième trimestre, s'adjugeait 2%.

L'indice S&P des valeurs financières .GSPF, qui a fait un bond de plus de 10% de lundi à jeudi, reculait de 0,75%.

Les autres grandes banques américaines publieront leurs résultats trimestriels la semaine prochaine, notamment Wells Fargo (WFC.N) et Morgan Stanley (MS.N).

IMPORTANTES PROVISIONS POUR CRÉANCES DOUTEUSES

"Tout compte fait, notre trimestre ressort en baisse à cause de pertes dans le crédit hypothécaire et dans les cartes de crédit", a résumé le directeur général de Citigroup, Vikram Pandit. "Les cartes de crédit et le crédit hypothécaire, c'est là qu'il faut nous frayer un chemin."

Cette situation pourrait augurer d'autres difficultés dans une industrie bancaire où le Trésor américain a dû injecter ces derniers mois des dizaines de milliards de dollars.

La fragilité de l'état de santé des banques américaines est illustrée par le risque de faillite encouru actuellement par le spécialiste du crédit aux PME CIT Group (CIT.N). Plus de détails sur [ID:nLH273912].

Bank of America, qui a dû absorber en urgence Merrill Lynch l'an dernier, a dit s'attendre à une poursuite des défauts de paiement, notamment dans les carte de crédit, et a provisionné 13,38 milliards de dollars pour créances douteuses, pour le deuxième trimestre d'affilée.

La banque a prévenu que les conditions de marché resteraient difficiles jusqu'à l'an prochain, mais son bénéfice net trimestriel, à 2,42 milliards de dollars, s'est inscrit au-dessus des attentes de Wall Street.

Chez Citigroup, les pertes ont été masquées par la plus-value de cession réalisée en vendant partiellement sa filiale de courtage Smith Barney, désormais en coentreprise avec Morgan Stanley.

Les coûts de crédit de Citi ont grimpé de 12,4 milliards de dollars, montant qui comprend 3,9 milliards de réserves pour pertes sur créances.

"Il semble qu'elles (Citi et BofA) provisionnent beaucoup toutes les deux pour pertes sur créances dans tous les segments de leurs activités, c'est la mauvaise nouvelle", relève Walter Todd, gérant de portefeuille chez Greenwood Capital Associates. "La bonne nouvelle, c'est que les bénéfices ont l'air vraiment forts."

Les résultats détaillés de CITIGROUP en cliquant sur [ID:nLH97548]

Les résultats de BANK OF AMERICA sur [ID:nLH415390]

Les résultats de GOLDMAN SACHS sur [ID:nLE465945]

Les résultats de JPMORGAN CHASE sur [ID:nLG110294]

Jonathan Stempel, Joseph A. Giannone, Jonathan Spicer, Steve Eder, version française Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below