Carrefour pâtit en Bourse dans la perspective d'un T2 difficile

vendredi 17 avril 2009 11h58
 

PARIS, 17 avril (Reuters) - L'action du distributeur Carrefour (CARR.PA: Cotation) chute de près de 3% vendredi au lendemain de l'annonce d'une baisse, supérieure aux attentes, de ses ventes du premier trimestre et du pessimisme qu'il a exprimé pour le deuxième trimestre 2009.

Vers 11h50, le titre du n°2 mondial du secteur cédait 2,36% à 29,11 euros - après un plus bas à 28,6 euros - quand le CAC 40 s'adjugeait 1,00% et l'indice sectoriel européen ne perdait que 0,44%.

Affecté par l'enviromment économique et un effet calendaire négatif de 1,7% en France, Carrefour a accusé une décroissance organique de 1,6% de son chiffre d'affaires au premier trimestre et a dit s'attendre à un deuxième trimestre encore difficile.

Les ventes en comparable de ses hypermarchés français ont reculé de 5,4% avec essence et de 2,5% hors essence, tandis que celles des supermarchés ont diminué de 5,2% avec essence mais sont quasiment stables hors essence.

"Le momentum de résultats de Carrefour reste toujours mal orienté", constate Nicolas Champ (Oddo Securities) selon qui la prime d'environ 10% avec laquelle se traite actuellement le titre par rapport à la moyenne du secteur de la distribution alimentaire en Europe est "excessive et injustifiée".

Pour cet analyste, la principale déception vient des magasins de hard discount Ed dont le chiffre d'affaires en comparable recule de 8%.

Il affirme en outre que les ventes sont "franchement décevante à l'international, que ce soit dans les pays matures ou émergents, à l'exception de l'Amérique latine".

De son côté, Claudie Casimir (Natixis) considère que l'amélioration perceptible en France dans les hypermarchés (environ 25% de l'activité totale du groupe) provient des importants efforts promotionnels consentis par Carrefour mais elle s'interroge sur l'impact de ces mesures sur les marges d'autant que Carrefour a précisé que l'essentiel des économies annoncées le 12 mars dernier (500 millions) seraient réalisées au deuxième semestre 2009.

"Les défis que doit aujourd'hui relever Carrefour en termes de réorganisation sont immenses alors que le groupe est confronté à un choc de consommation sur ses principaux marchés. Le ton du groupe reste d'ailleurs prudent", conclut Claudie Casimir.

(Noëlle Mennella, édité par Jacques Poznanski)