LEAD 1 PPR-Pas de cession ou d'IPO pour Conforama, Fnac, Redcats

mardi 17 novembre 2009 20h19
 

* Pas de dividende exceptionnel après l'IPO de CFAO

* Monter à 100% dans Puma n'est pas une priorité à court et moyen termes

* Tendances "sensiblement meilleures" en octobre pour Gucci, CFAO, poursuite de l'accélération pour la Fnac

PARIS, 17 novembre (Reuters) - PPR (PRTP.PA: Cotation) n'envisage pas de céder ou de mettre sur le marché Conforama, la Fnac et Redcats à court terme, déclare le P-DG du groupe François-Henri Pinault aux Echos, après l'annonce de la mise en Bourse de CFAO prévue pour début décembre.

Le groupe de distribution n'a pas l'intention de verser de dividende exceptionnel à la suite de l'introduction en Bourse de sa filiale de distribution automobile et pharmaceutique en Afrique et dans les DOM-TOM, confirme-t-il dans un entretien à paraître mercredi dans le quotidien économique.

PPR a annoncé mardi un projet d'introduction en Bourse d'environ 50,4% du capital de CFAO à un prix compris entre 24,80 et 29,00 euros par action, valorisant la société entre 1,5 et 1,8 milliard d'euros. Les résultats de l'opération devraient être connus le 2 décembre. (Plus de détails: [ID:nLH317414]) Interrogé sur Conforama, la Fnac et le pôle de vente à distance Redcats, François-Henri Pinault répond: "A court terme, il n'existe pas de processus de cession ou de mise sur le marché de ces enseignes. La priorité est que nous sortions renforcés de cette crise", explique-t-il. "La Bourse fait partie des options mais elles n'ont pas toutes vocation à être cotées." Il réaffirme également que monter à 100% dans l'équipementier sportif allemand Puma (PUMG.DE: Cotation) n'est "pas une priorité à court et moyen terme". PPR détient actuellement 69% de Puma.

François-Henri-Pinault dit avoir constaté des dernières tendances "sensiblement meilleures" en octobre pour Gucci et CFAO, tandis que la Fnac "accélère encore", complétant ainsi le diagnostic fourni pour les trois premières semaines du mois dernier lors de la publication des trimestriels du groupe. [ID:nLK469659] "J'ai le sentiment que l'on a touché le bas de l'activité. On ne rebondira pas aussi brutalement que l'on est descendu. Mais nos entreprises se sont préparées pour pouvoir bénéficier des premiers signes de la reprise", souligne-t-il.

(Cyril Altmeyer, édité par Wilfrid Exbrayat)