16 décembre 2008 / 12:07 / dans 9 ans

LEAD 2 EADS réorganise ses divisions pour mieux gérer l'A400M

* La division Avions de transport militaire intégrée à Airbus

* “Coordination” entre Astrium et EADS D&S, les divisions restent distinctes

(Actualisé avec détails, commentaires)

par Matthias Blamont

PARIS, 16 décembre (Reuters) - EADS EAD.PA a annoncé mardi réorganiser ses principales divisions afin d‘améliorer la gestion de l‘avion de transport militaire A400M, un programme en retard de plus d‘un an et demi, et de simplifier ses structures de direction.

Soucieux d‘afficher un organigramme resserré, et plus lisible face à son concurrent américain Boeing (BA.N), le géant européen d‘aéronautique et de défense a fait part au cours d‘un Comité européen de son intention d‘intégrer la division Avions de transport militaire, en charge du développement de l‘A400M, au constructeur d‘avions civils Airbus.

La division spatiale, Astrium, et la branche Défense et sécurité feront de leur côté l‘objet d‘une “coordination”, sous la responsabilité de François Auque, président d‘Astrium. Elles continueront néanmoins de fonctionner comme des entités séparées.

“MTAD (Military Transport Aircraft Division, ndlr) deviendra le pôle militaire d‘Airbus (qui regroupait déjà certaines activités militaires comme celles des Airbus ravitailleurs, ndlr) sous le nom d‘Airbus Military. Ce pôle conservera ses capacités actuelles de conception et certification d‘avions, d‘intégration des systèmes de mission des avions militaires, et opèrera la chaîne d‘assemblage final de l‘A400M (à Séville, Espagne, ndlr)”, indique EADS dans un communiqué.

“Cette intégration vise à renforcer le management des programmes de dérivés militaires d‘Airbus et à maximiser les synergies avec les autres fonctions et entités d‘Airbus”, ajoute l‘entreprise.

Parallèlement, EADS entend mettre en place une “coordination” entre Astrium et EADS Defense & Security.

“Ces dernières resteront des divisions à part entière, leur coordination assurera une approche clients cohérente et favorisera le développement des synergies, tant sur le plan commercial que stratégique et technique”, explique EADS.

La société explique que Stefan Zoller, patron de la division Défense et sécurité, sera placé sous la responsabilité de François Auque mais qu‘il restera membre du comité exécutif d‘EADS.

Carlos Suarez, responsable de la division Avions de transport militaire, sera placé sous la responsabilité de Tom Enders, président d‘Airbus, et fera son entrée au comité exécutif d‘Airbus tout en restant membre du comité exécutif d‘EADS.

La société n‘a fourni aucun détail financier sur les synergies attendues de cette refonte et n‘a donné aucun calendrier d‘exécution, notant seulement que ces décisions s‘inscrivaient dans le cadre du programme “Future EADS” dont quelques éléments avaient été communiqués lors de la présentation des résultats trimestriels le 14 novembre [ID:nLE182795].

DEFIS

“L‘ambition est d’être plus réactif et de donner plus de poids à la direction générale en limitant les interlocuteurs, ainsi le passage de MTAD sous Airbus est relativement logique. Cependant, il faudra du temps pour mesurer les effets à court terme”, explique un analyste de CM-CIC Securities.

Ce remaniement stratégique intervient alors que la conduite du programme A400M est devenue le cauchemar de l’état-major d‘EADS.

L‘assemblage de l‘avion de transport de troupes, destiné à remplacer des C-130 Hercules de Lockheed Martin (LMT.N) et des C-160 Transall de forces aériennes en Europe, en Malaisie et en Afrique du Sud, a accumulé les déconvenues ces derniers mois, notamment en raison de contentieux industriels entre le constructeur et ses motoristes, un consortium réunissant Snecma, filiale du français Safran (SAF.PA), et le britannique Rolls Royce (RR.L).

EADS a provisionné 341 millions d‘euros dans ses comptes du troisième trimestre - après une addition de 1,4 milliard d‘euros en 2007 - et négocie avec les pays clients, au premier rang desquels figurent l‘Allemagne et la France, la diminution ou la suppression de pénalités de retard.

La réorganisation constitue également un défi supplémentaire pour Tom Enders, à l‘heure où Airbus tente faire oublier les déboires nés des retards de production du gros porteur A380 et de réussir le lancement du futur moyen porteur A350 XWB.

Pour plusieurs experts, la “coordination” entre Astrium et la division Défense et sécurité pose en outre la question de l’équilibre délicat des relations franco-allemandes au sein du groupe.

Astrium orchestre les activités d‘Arianespace à Kourou et gère plusieurs programmes de satellites militaires français tandis que la branche Défense et sécurité se veut la vitrine technologique de l‘Allemagne en la matière. /MB

Avec la contribution de Tim Hepher, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below