France TV entérine la fin de la pub après 20h dès le 5 janvier

mardi 16 décembre 2008 14h06
 

PARIS, 16 décembre (Reuters) - France Télévisions a entériné mardi la suppression de la publicité sur ses chaînes à partir du 5 janvier après 20h00, avant même la promulgation de loi sur l'audiovisuel dont le passage au Sénat a été reporté au mois de janvier.

Les grilles de programmes à partir du 5 janvier 2009, préparées de longue date, tiennent déjà compte de la suppression de la publicité. Elles "ne peuvent plus être modifiées au risque de déstabiliser à la fois l'entreprise et son public", précise le groupe de télévision dans un communiqué publié à la suite de son conseil d'administration réuni dans la matinée.

Les députés ont adopté vendredi dernier la suppression de la publicité sur France 2, France 3, France 4 et France 5 entre 20h00 et 06h00 à compter du 5 janvier, avant sa suppression totale prévue fin 2011, en même temps que la disparition de la diffusion de télévision en analogique en France.

Un vote solennel est prévu mercredi au plus tôt à l'Assemblée nationale sur l'ensemble de la réforme de l'audiovisuel public, après près de trois semaines de retard, à la suite de la bataille d'amendements menée par la gauche, tandis que l'examen des textes est désormais prévu à partir du 7 janvier au Sénat.

France Télévisions précise aussi que son projet de budget 2009 prévoit une perte nette de 94,6 millions, hors coût de transition au passage à l'entreprise commune, contre une perte de 116 millions d'euros prévue pour 2008.

Une enveloppe de 450 millions d'euros a été inscrite dans la loi de finances 2009 afin de compenser le manque à gagner dû à la suppression partielle de la publicité.

Les députés ont entériné lundi la création de deux nouvelles taxes : l'une de 0,9% sur le chiffre d'affaires des opérateurs télécoms - qui devrait rapporter jusqu'à 380 millions d'euros - et l'autre représentant entre 1,5% et 3% sur les recettes publicitaires des chaînes privées "en fonction des évolutions conjoncturelles". /CA

(Cyril Altmeyer. Edité par Jacques Poznanski)