16 avril 2009 / 11:40 / dans 8 ans

LEAD 3 JPMorgan fait mieux que prévu, prêt à rembourser le Tarp

* Résultat net de 1,52 milliard de dollars au T1, ou 40 cents par action

* Pertes accrues dans le crédit hypothécaire

* Hausse des défauts de paiement dans le crédit à la consommation

* Le directeur général se dit prêt à rembourser le Tarp

(rajout de l’émission obligataire)

NEW YORK, 16 avril (Reuters) - JPMorgan Chase (JPM.N) a réalisé jeudi un résultat meilleur que prévu au premier trimestre, comme Goldman Sachs (GS.N) et Wells Fargo (WFC.N), ce qui conforte l‘idée que les banques américaines remontent la pente.

Une amélioration de la performance dans la banque d‘investissement a compensé des pertes accrues dans la banque de détail, notamment une hausse des défauts de paiement dans les cartes de crédit et des pertes dans le crédit hypothécaire.

L‘aggravation de la récession et du chômage en début d‘année a contraint la banque à provisionner davantage pour faire face aux créances douteuses dans la banque de détail.

Mais même dans cet environnement difficile, JPMorgan Chase a la trésorerie nécessaire pour rembourser les 25 milliards de dollars d‘aide publique qu‘elle a reçue en octobre dans le cadre du plan Tarp de soutien au secteur financier, a déclaré le directeur général Jamie Dimon.

“C‘est probablement la chose la plus positive qu‘un investisseur pouvait entendre de leur part”, a commenté Rob Lutts, responsable des investissements chez Cabot Money Management, à Salem, dans le Massachusetts.

“Nous pourrions le rembourser (le Tarp) dès demain”, a déclaré Dimon lors d‘une conférence de presse par téléphone. La banque, a-t-il ajouté, attend les prévisions réalisées par le gouvernement américain, qui doivent établir le calendrier de ce remboursement.

Le Trésor publiera le 4 mai les résultats des tests de résistance (“stress tests”) réalisés par ses services pour évaluer l’état de santé des banques américaines, selon un responsable américain.

Goldman Sachs Group (GS.N) a annoncé lundi une augmentation de capital de cinq milliards de dollars pour lui permettre de rembourser par anticipation les 10 milliards reçus dans le cadre du plan Tarp. Goldman a ajouté qu‘il rembourserait les fonds dès qu‘il aurait le feu vert du Trésor.

Dimon a indiqué que son groupe pouvait aussi lever des fonds s‘il le voulait mais qu‘il ne laisserait aucune banque rembourser le Tarp plus vite que JPMorgan. Garder les fonds du Tarp, c‘est devenu une “marque au fer rouge” pour les banques, a-t-il dit.

L‘action JPMorgan gagne 3% à trois quarts d‘heure de la clôture. Le titre JPMorgan a surperformé le secteur jusqu‘ici cette année, avec une hausse d‘environ 3% jusqu’à mercredi à comparer avec une baisse de 20% de l‘indice KBW des bancaires .BKX.

CRAINTES POUR LE CRÉDIT À LA CONSOMMATION

Le résultat net du premier trimestre est ressorti à 1,52 milliard de dollars - 2,14 milliards avant dividendes des titres préférentiels -, soit 40 cents par action.

Les analystes attendaient en moyenne 30 cents par action, les estimations allant de 11 à 45 cents, selon Reuters Estimates.

Le produit net bancaire a augmenté de 45% à 25 milliards de dollars.

Au premier trimestre 2008, le résultat net s’était inscrit à 2,29 milliards de dollars, ou 67 cents par action, et 2,37 milliards avant dividendes des titres préférentiels.

Les profits ont été portés par les activités dans la banque d‘investissement, qui ont vu une reprise des garanties d‘emprunts et du crédit, des marché émergents et du trading sur les marchés de taux.

Dimon a souligné que JPMorgan avait accru sa part de marché dans ces secteurs, notamment à la faveur de l‘acquisition de Bear Stearns il y a un peu plus d‘un an.

Mais Dimon a ajouté qu‘il était “déraisonnable” de s‘attendre à ce que les résultats dans la banque d‘investissement restent aussi forts qu‘au premier trimestre.

Si JPMorgan a largement évité les pertes et dépréciations sur les produits structurés et les “subprimes” qui ont plombé d‘autres banques en 2008, elle est très exposée au crédit à la consommation.

Dimon a prévenu qu‘en cas d‘aggravation des conditions économiques, JPMorgan pourrait être contrainte de provisionner encore plus d‘argent d‘ici la fin de l‘année. La banque a inscrit pour 10 milliards de dollars de provisions pour créances douteuses au premier trimestre, presque deux fois plus qu‘il y a un an.

Le produit net bancaire dans la banque de détail a néanmoins bénéficié de l‘intégration de Washington Mutual, faillie, à l‘automne dernier, ainsi que d‘une progression des commissions sur prêts hypothécaires et d‘une reprise du refinancement.

EMPRUNT NON GARANTI

JPMorgan a par ailleurs émis un emprunt de trois milliards de dollars sans la garantie de Washington.

C‘est le premier du genre en huit mois. Il est à 10 ans et donne un spread de 350 points de base sur le Treasury sous-jacent, précise IFR, un service de Thomson Reuters.

Le dernier emprunt de JPMorgan non garanti par l‘Etat remonte à août 2008. C‘est un emprunt perpétuel de 1,6 milliard de dollars.

Elinor Comlay, Dan Wilchins, Jonathan Stempel, version française Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below